AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 ❖ follow the white rabbit. ➢ billie m. wilson

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

I'm on this case
Messages : 154
En service depuis le : 25/05/2014
Localisation : dans les rues de londres.
Métier : sans emploi.
Age du perso : vingt cinq ans.
I know you

MessageSujet: ❖ follow the white rabbit. ➢ billie m. wilson   Mer 28 Mai - 10:57




« follow the white rabbit. »


« When darkness falls And surrounds you When you fall down When you're scared And you're lost. Be brave I'm coming to hold you now When all your strenght has gone And you feel wrong Like your life has slipped away Follow me You can follow me And I, I will not desert you now When your fire's died out No one's there They have left you for dead Follow me You can follow me I will keep you safe Follow me You can follow me I will protect you And I won't let them hurt, they're hurting you, no Ooh yeah When your heart is breaking. »




C'était comme si je réapprenais à marcher ou comme si j'étais sur un navire ne cessant de bouger par la rage des vagues. C'était tout simplement impossible. La tête basculée vers l'arrière, je regardais les étoiles dans le ciel sans vraiment savoir où j'allais réellement. Peut être que je suis au milieu de la route et qu'une voiture viendra me percuter comme il pourrait rouler sur un pauvre animal errant qui n'aurait rien demandé. Je continue ma trotte, ma pseudo-fuite d'un ennemi qui n'est même pas présent en train de me poursuivre. Mais je sais qu'un jour ou l'autre, il finira par découvrir mon absence, il me rattrapera et ce jour là, il me fera payer mes mauvaises manières, celle de ne pas l'avoir écouté, celle d'être là à quitter mes fantômes passés...

Mais dans ma course, il n'y a pas que lui dont j'essaye de semer ; il y a tout les autres qui traînent. J'ai appris, durant toutes ces années de servitude et de cauchemar vivant que n'importe qui pourrait s'en prendre à moi. N'importe où... N'importe quand. Et j'ai si peur parce qu'il fait nuit. Ici je suis autant vulnérable que dans cette foutue maison close. Je ne dirais pas que je suis brisé, mais presque. La drogue fait toujours autant effet, comme si j'ai toujours eus cette impression de planer, de tanguer et de chuter alors que ce n'est pas le cas. Le pire, c'est d'être conscient de ce qui m'arrive. Non, de ce qui m'est arrivé. Là au moins, peut être aurais-je une once de lucidité pour crier et appeler à l'aide, mais qui ? Il ne fallait pas que j'oublie que n'importe qui pouvait être mes ennemis. Même la créature la plus douce... Après tout, n'est ce point comment mon ancien détenteur se comportait avec moi ? Oh que oui il avait l'air si sympathique. Et pourtant... Pourtant il avait changé ensuite, me maîtrisant d'une poigne de fer afin de me domestiquer. Mais aujourd'hui, c'était différent, j'étais libre.

Plus pour longtemps songeais-je. Au plus profond de moi, j'avais toujours l'impression d'être cette pauvre personne, encore abandonnée, encore emprisonnée. Oui, je pouvais fuir, mais difficilement. Et d'ailleurs, quelle direction pouvais-je bien prendre ? Mes parents ne désireraient pas m'héberger. Pas moi, pas après ce qui s'était passé. A peine 18 ans, j'étais déjà une tapin. Et que diraient les proches de la famille ? Oh non, mon vieux ne voudrait vraiment pas que je lui fasse honte, j'en avais déjà fais assez comme ça par le passé. Mes Études ? J'ai même pas eus le temps d'en faire. Je ne pouvais alors que compter sur ma pauvre carcasse d'essayer de voler, ou bien de me produire dans les rues, sans doute ma prochaine maison. Face à mes prédateurs d'autrefois. Il ne serait alors plus question de vie mais de survie. Se battre contre le froid et la fatigue. La famine et la soif... Puis les autres...

Ma tête semble tourner de plus en plus, et je m'effondre sur le sol, me blessant méchamment alors que mon corps retomba sur une bouteille de bière qui me taillade la peau. Je pleure. Je n'ai plus la force de réagir ou de faire quoique ce soit d'autre. Je remarque que l'endroit où je me trouve est parfaite comme cachette ; un cul-de-sac sombre. Il me suffira alors sans doute de trouver de quoi m'aider dans les bennes, peut être une vieille couverture toute trouée, à l'odeur nauséabonde.. Mais je ne veux plus bouger, bien que je me refroidis sur ce par-terre de béton. Et ma tenue n'aidait vraiment pas ; un jean et une chemise ouverte au tissus très fin n'était rien comparé à un bon pull que je ne su point trouver lors de ma fuite. Mais au moins, j'étais habillé pensais-je...

Recroquevillé comme un fœtus, gardant la demi de bouteille au creux de mes mains, tel un enfant tenant son doudou, je laisse mes yeux se fermer à demi-clos. Je suis totalement exténué. Aussi bien psychologiquement que physiquement. J'ai l'impression que ce sont mes derniers instants dans le monde des vivants, comme je l'espère tant. Néanmoins, des pas se dirigeant dans ma direction me pousse à me relever. Peut être que c'est lui et qu'il est venu me rechercher, à moins que cela ne soit que pour régler mon compte. J'ai si peur et je bondis vers l'arrière, pointant la bouteille de verre aux pointes acérées maladroitement dans la direction de l'ombre qui s'avance. Je vacille mais je tente de tenir bon ; je dois pas montrer que je suis faible cette fois-ci, je dois combattre l'adversaire et le vaincre, s'il le faut... Aussi je grogne à l'adresse de l'inconnu en face de moi.

« - Ne me faites pas de mal... ! N'approchez pas... ! ».


_________________


+ A terrible mistake was made The weight would break the backs Of ten strong horses tried to save The castle in the fray If you knew that i could take the pain Inflicted at the battle With faithful arrows you Might get back in the saddle But it's a special death you saved For me, the brown-eyed daughter Once you made it hotter The thankless, holy praise Is left alone, why bother ? To cast a stone in water ?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

I'm on this case
Messages : 79
En service depuis le : 15/07/2013
Localisation : La tête dans les nuages, les pieds sur terre.
Métier : étudiante en psychologie (6e année), stagiaire au Yard (profiler sans terrain)
Age du perso : 21 ans
I know you

MessageSujet: Re: ❖ follow the white rabbit. ➢ billie m. wilson   Jeu 29 Mai - 12:59




Follow the white rabbit

« Being compared to the girl who has everything / Not living up when the whole world's watching » ► What are you afraid of? (Alana Grace)
La journée avait été longue et comme je me sortais encore d’une dose massive d’antibiotiques, j’étais fatiguée. C’était pour cette raison que lorsque Zoey m’avait proposé d’aller rayer de ma liste : « sortir en boîte de nuit » et « embrasser un inconnu » j’avais un peu fait la gueule. J’avais plutôt envie de m’installer devant mon ordinateur pour y jouer à des jeux, pour y préparer mon rapport de stage et pour simplement regarder des vidéos. C’était difficile parfois de lui faire comprendre que je sortais d’une phase un peu difficile et que de sortir en boîte de nuit avec une bombonne d’oxygène n’était pas nécessairement une bonne idée. Mais grâce à ses arguments bétons, j’avais fini par céder et je m’étais retrouvée dans le milieu d’un plancher de danse à me sentant aussi à ma place qu’un éléphant dans le milieu d’un magasin de porcelaine. Non mais… Zoey avait ri quand elle m’avait vu arrivée. Dans sa petite robe (le terme petit est ici un euphémisme pour ce petit bout de tissus qui cachait à peine son corps) d’un jaune tellement fluo qu’il aurait fait fureur dans les années 1980 en matière synthétique, elle devait être une reine de beauté pour le moment. Dans mon chandail à manche longue – pour ne pas laisser voir les veines encore visibles (j’avais l’air d’une héroïnomane – merci dernière infection et infirmière incompétente qui m’avait raté à mon admission) et d’une jupe aux genoux, j’avais l’air d’une grand-mère. Mais il fallait dire que mon canula qui passait sous mon nez ne devait pas aider. J’avais TOUJOURS l’air d’une grand-mère… Même quand je m’arrangeais. J’avais la même quantité de souffle qu’une vieille grand-mère de quatre-vingt-dix-neuf ans qui souffrait d’emphysème en phase terminale. Quand on était finalement entrer dans le club, je m’étais sentie aussi à mon aise d’un enfant dans une réunion parents-professeur quand on a un mauvais bulletin – ZÉRO POINTÉ! La musique était forte. J’étouffais – peut-être un peu parce qu’au moins quatre personnes en moins de quinze minutes se sont accroché dans ma bombonne. Pendant que Zoey se faisait lourdement (autre joli euphémisme) draguer par un mec mignon à souhait mais dont l’odeur imbibé d’alcool me puait au nez encore plus que la technique de drague à deux balles qu’il semblait avoir choisi, je restais invisible aux yeux de tous. Au bout d’un moment, pas très longtemps, quinze peut-être vingt minutes, j’en avais marre, marre et re-marre. J’ai rejoint Zoey qui, le terme appliqué serait peut-être dansait ou faisait l’amour avec mignon-mais-alcoolisé sur le milieu de la piste de danse, pour lui dire que j’en pouvais plus et que je sortais. Après m’être fait dire le traditionnel : « T’es nulleuhhhh! » qu’un enfant de cinq ans aurait probablement mieux maîtrisé que ma très mature et très majeure meilleure amie, je me frayais un chemin vers la porte. L’avantage de cette soirée complètement flopé, c’était qu’elle ferait une très bonne entrée sur mon blog, intitulé : « pourquoi on ne sort pas quand notre animal de compagnie est une bombonne d’oxygène! ».

Un bruit dans une ruelle me fit me retourner. J’entrais dans la ruelle. C’était sombre. Mais je crus distingué une ombre dans un coin – couchée au sol. Impression qui me fut confirmé lorsqu’une voix s’éleva. « Ne me faites pas de mal... ! N'approchez pas... ! » grogna la personne. Une personne sensée se serait enfuie en prenant ses jambes à son coup. Visiblement, la personne qui se trouvait au sol n’était pas d’humeur à être aidé. Sauf que j’étais capable de l’aider… Du moins, je voulais juste m’assurer que cet homme – définitivement avec cette voix-là c’était un homme était dans un bon état. Je me rapprochais encore. La roue gauche de ma bombonne se coinça. Elle fit un bruit horrible. Un genre de grincement horrible qui me fit rouler les yeux. Je la bidouillerais à la maison. J’en étais capable. C’était probablement juste parce qu’il manquait d’huile dans les roues… J’essayerais rendue à la maison. Avec un petit sourire, je me penchais vers lui un peu. D’une voix douce, je dis : « J’ai probablement plus à craindre de toi… que tu as à craindre de moi. Le mieux que je peux faire, c’est frapper avec ma bombonne et encore. ». J’ai replacé une longue mèche de cheveux derrière mon oreille et je me suis penchée vers lui. Ça ne sentait vraiment pas bon. Ce n’était pas lui, mais le grand bac pour les poubelles qui dégageait une odeur horrible. Il a bondi vers l’arrière. Dans la pénombre, je vois que c’est un jeune homme, les cheveux en bataille qui me pointait d’une bouteille d’alcool cassé. Je le vois qui vacille sur ses jambes. S’il tombe, je doute que je vais être capable de le relever avec mon gros trente-cinq pourcent de capacité respiratoire. Il est plus grand que moi – d’un bon quinze à vingt centimètre. Et même s’il avait l’air maigrichon, j’étais pas mal certaine qu’il était sans doute beaucoup plus lourd que moi – Quand j’avais été hospitalisée, mon poids avait chuté de manière dramatique. On pouvait quasiment me casser les poignets, en les serrant trop fort. Alors était-ce normal que je doutais de ma capacité à relever un homme adulte? TOTALEMENT. « Je m’appelle Billie, toi? », dis-je en tendant une main pleine d’assurance à ce jeune homme. J’espérais très honnêtement qu’il ne me frappe pas avec la bouteille quoi que je pourrais probablement cocher la phrase : « me battre avec un étranger » de ma liste… Mais non ça aurait plus été me faire battre par quelqu’un et ça ce n’était pas sur la liste alors ça ne serait pas cocher. J’ai demandé d’une petite voix gentille en le voyant vasciller. « Est-ce que ça va? Tu n’es pas blessé? Parce que je suis comme une experte en malaise alors je peux probablement t’aider. » Bon, j’avoue que je n’étais pas nécessairement utile pour autre chose qui n’impliquait pas des poumons ou des intestins en compote. J’eus un petit sourire.

CODE BY AMIANTE

_________________

On ne sait jamais si demain sera là - alors on pense à profiter d'aujourd'hui. Car aujourd'hui est un cadeau. C'est d'ailleurs pour cela que l'on l'appelle le présent. © RANG.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

I'm on this case
Messages : 154
En service depuis le : 25/05/2014
Localisation : dans les rues de londres.
Métier : sans emploi.
Age du perso : vingt cinq ans.
I know you

MessageSujet: Re: ❖ follow the white rabbit. ➢ billie m. wilson   Mar 10 Juin - 23:56




« follow the white rabbit. »


« When darkness falls And surrounds you When you fall down When you're scared And you're lost. Be brave I'm coming to hold you now When all your strenght has gone And you feel wrong Like your life has slipped away Follow me You can follow me And I, I will not desert you now When your fire's died out No one's there They have left you for dead Follow me You can follow me I will keep you safe Follow me You can follow me I will protect you And I won't let them hurt, they're hurting you, no Ooh yeah When your heart is breaking. »




J'avais beau essayé de désirer faire fuir cette ombre qui ne cessait de s'approcher à grand pas, rien n'y faisait. Elle était là. Et elle venait toujours autant vers moi. Alors que je me poussais avec l'aide de mes jambes et les dernières forces qui me restaient, mon dos atteignit le mur m'indiquant que je ne pouvais aller plus loin, que c'était fichu à l'avance pour fuir, j'étais pris au piège et seul l'attaque me sera utile pour ne plus laisser personne me faire du mal. Car c'est l'impression que je ressens en ce moment. Comme je l'ai toujours ressentis. Qu'importe qui pouvait bien être cette personne, cela ne pouvait être qu'un prédateur de plus venant de trouver une pauvre proie affaiblie. Incapable de faire quoique ce soit si ce n'est subir. Mais j'avais bien trop donné. Et je ne voulais plus m'abandonner à qui que ce soit. Je resserre alors ma poigne sur la bouteille de verre brisée, ma seule aide pour mon combat, ma seule arme.

Néanmoins, je détends légèrement mes doigts lorsqu'il me semble pouvoir distinguer les traits de cette personne. Une jeune fille à l'apparence innocente. Une bonbonne d'oxygène. Les cheveux bruns, longs et légèrement bouclés. Une tenue classique composé d'un chandail et d'une jupe, elle avait d'être ce genre de fille à papa qui suit les ordres de ses parents. Le genre de fille plutôt fréquentable en somme. Celle pour laquelle on serait prêt à donner la lune pour sa gentillesse, si ce n'est profiter d'elle pour les plus méchants. Une bonne image presque rassurante si je n'oublie pas l'endroit où nous nous trouvions actuellement. Pas très loin de mon ancien proxénète et des lieux peu fréquentables. Je cherche alors à chercher un moyen pour l'éviter et surtout, ne pas se laisser duper une nouvelle fois ; ce n'est pas parce qu'elle a une tête d'ange que je devrais accepter qu'elle ne franchisse les derniers mètres qui nous sépare. Je ne cesse de grogner donc, mais elle continue et je n'agis point d'avantage ; de toute façon, j'ai perdu à l'avance...

« - J’ai probablement plus à craindre de toi… que tu as à craindre de moi. Le mieux que je peux faire, c’est frapper avec ma bombonne et encore. ».

Cette seule phrase même me calme doucement. Son ton est si doux et je perçois une certaine vérité dans sa phrase. Elle semble fragile et incapable de se défendre, néanmoins je suis toujours autant abruti par la drogue et l'on sait qu'un Homme est capable de trainer un tigre si ce dernier est endormi, incapable de se défendre. Et c'est, j'imagine, un peu mon cas lorsque je vois que le paysage ne cesse de s'agiter et de tourner, alors que je ne secoue pas la tête. Je dirais même que je fais un effort fou pour ne pas me retrouver face contre terre, la bouche grande ouverte. Ça serait si facile de me laisser aller, mais non... Il ne le faut pas. Pour ma survie...

C'est bien ça. J'étais devenu comme un animal sauvage qui ne désirait vraiment pas se laisser approcher, bondissant contre le mur à m'en déchirer le dos lorsqu'elle osa se pencher. J'eus lever le bras, la semi-bouteille aux pointes acérées avant d'essayer de porter un coup, mais mon bras fit comme un geste mou avant que l'objet ne m'échappe de mes mains pour aller s'exploser plus loin. J'avais perdu ma seule arme me permettant de me défendre. J'étais fini. Complètement fini. Et pourtant, elle ne profita en rien de la situation pour me bondir dessus et m'exterminer. Elle tendit un bras que j'examinais avec grand curiosité, comme si elle cachait quelque chose dans sa manche, jusqu'à ce qu'elle ne prenne la parole.

« - Je m’appelle Billie, toi? ».

Rien. En fait, c'était une perche bien tendue pour me relever, mais je n'en fis rien. Bien que je savais que je n'arriverais pas à remonter tout seul, bien trop shooté pour réussir à tenir sur ses deux pattes, tel un petit faon venant tout juste de naître. Mais j'avais toujours cet instinct qui me criait qu'elle pouvait être à tout moment un danger. Que si je la saisissais, elle pourrait sortir un flingue et pointer le canon sur mon pauvre crâne. Que si je dirais un nom, elle pourrait le rapporter à mon ancien propriétaire. Que si j'agissais, de n'importe quelle façon, ça ne serait qu'une solution de plus pour cette gamine encore mystérieuse à mes yeux. Je baisse le regard, fixant le sol à la manière d'un condamné. J'étais bien trop horrifié d'accepter une aide aussi aisément tendu, songeant à un traquenard. Mais si elle était aussi gentille et innocente qu'elle le prétendait, ce n'était pas une chance à cracher dessus. Sans aide, je me savais également perdu.

« - Est-ce que ça va? Tu n’es pas blessé? Parce que je suis comme une experte en malaise alors je peux probablement t’aider. ».

Je relevais mes prunelles alarmés sur elle tandis qu'elle souriait, cherchant sans nul doute à me rassurer. Mais non. Rien. Rien ne pourrait m'abattre aussi facilement. Et pourtant, elle ne partait toujours pas. Et je ne voyais d'autre choix que de la suivre. Après tout, qu'est ce que je pouvais bien perdre de plus...? J'avais déjà perdu beaucoup de chose en acceptant l'aide d'un autre. Si je restais dans ces rues, je serais achevé. Mais si j'acceptais sa défense, peut être restait-il encore de l'espoir ? Aussi, je m'agrippais à son bras, de mes deux mains, tel un chat plantant ses griffes pour essayer de la retenir. Et je tentais d'une faible énergie de me tirer vers l'avant pour me relever, avant de m'appuyer maladroitement sur Billie. Un premier geste qui signifiait que je souhaitais bien lui faire confiance. De toute façon, je ne pouvais faire autrement. Je tentais alors de garder mon calme, lorsque je vis le ciel tourner et la sensation du sol s'effondrer. Mes jambes tremblaient et je peinais à rester debout... Cependant, je réussis à prendre la parole.

« - ...Lysander...J'ai..J'ai juste besoin de repos... ».

N'importe qui pouvait bien se présenter sous le prénom de Lysander, aussi, je ne pris pas la peine de fausser mon identité. Mais je ne voulais certainement pas lui expliquer ma véritable situation. Soit elle pouvait être de mèche. Et si ce n'était pas le cas, je ne voulais en aucun cas lui attirer des ennuis.


_________________


+ A terrible mistake was made The weight would break the backs Of ten strong horses tried to save The castle in the fray If you knew that i could take the pain Inflicted at the battle With faithful arrows you Might get back in the saddle But it's a special death you saved For me, the brown-eyed daughter Once you made it hotter The thankless, holy praise Is left alone, why bother ? To cast a stone in water ?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

I'm on this case
Messages : 79
En service depuis le : 15/07/2013
Localisation : La tête dans les nuages, les pieds sur terre.
Métier : étudiante en psychologie (6e année), stagiaire au Yard (profiler sans terrain)
Age du perso : 21 ans
I know you

MessageSujet: Re: ❖ follow the white rabbit. ➢ billie m. wilson   Lun 23 Juin - 20:54




Follow the white rabbit

« Being the last one to get there and the last to know » ► What are you afraid of? (Alana Grace)
Je n'étais pas nécessairement une experte de la vie. Si j'avais autant de trucs sur ma liste des choses à faire avant de mourir, ça voulait nécessairement dire que j'avais encore plein de choses à apprendre sur la vie. Des tas et des tas de trucs que je voulais avoir la chance de connaitre. Des tas de chose que je voulais vivre pour me faire croire que ce n'était pas si grave que ça ce qui m'arrivait. Ma maladie et ma longue liste de handicap étaient une force. J'avais conscience que d'être vivant c'était un cadeau mais que parfois ça pouvait être un cadeau assez difficile à supporter. On avait tous nos mauvais cotons. Seul pendant un de ces moment-là, on pouvait vachement avoir l'impression de devenir cinglé. Moi, dans mes mauvais cotons, j'étais en milieu clos à l'hôpital. Je m'y sentais prisonnière. Zoey ne m'était jamais d'un grand secours - elle détestait ouvertement les hôpitaux. Au point que je savais qu'hospitalisée, je n'aurais jamais le luxe de sa présence. Si j'étais chanceuse et qu'elle n'avait pas de copain, j'avais le droit à sa voix au téléphone - mais comme mes poumons suçaient à être des poumons et que le trois quart du temps ce n'était pas des problèmes digestifs qui m'a menaient aux urgences mais respiratoires, je ne faisais durer l'appel que quelques minutes avant de devenir complètement folle (parce que je toussais et que je faisais de la température et que je peinais à m'en durer moi-même). Bref, je savais que par moment, on avait besoin de la chaleur d'un être humain pour nous rassurer.

C'était pour cette raison que j'étais allé vers l'étranger. Si ma sortie au bar avait été un flagrant échec, peut-être que cette partie-là de ma soirée serait un peu moins catastrophique... Sauf que l'homme (il est plus vieux que moi... C'est évident comme le canula qui entre dans mon nez me semble...) était effrayé. On s'entend que sur l'échelle de la frayeur, je dois taper plus ou moins le même score que sur l'échelle de la désirabilité dans un bar. Un gros zéro. Oui, j'étais mignonne dans mon genre. Sauf que face à Zoey et ses jambes d'un kilomètre, j'étais invisible. J'étais mignonne quand on enlevait le canula, quand on prenait en considération que j'étais obligé de porter des camisoles à manches larges parce que sinon on voyait mon port à cathéter, quand je n'avais pas perdu un poids pas possible suite à une infection, quand je n'étais pas obligé de porter des manches longues pour cacher mes veines. J'étais du cas mignonne quand suivi d’un trois petit points. Pas comme Zoey qui était mince, grande, avec des seins, un teint en santé. Niveau frayeur, le même scénario. Avec mon poids léger, mon incapacité à respirer, ma toux de vieille fumeuse, j’avais vraiment peu de chance d’être un danger. L’homme me toisa pendant un petit instant. Il chancelait sur ses jambes presque autant que moi quand j’avais été hospitalisée. Il devait sans doute avoir consommé quelque chose. Mais en même temps, je me disais que ce n’était pas nécessairement de mes affaires – tant qu’il ne me gerbe pas dessus… enfin, il avait pas l’air d’être sur le point de gerber. Au bout d’un moment, il finit par tendre un bras et s’accrocher à mon bras.

« ... Lysander... », me dit-il. Sa voix était faible. Comme l’était la mienne dans les journées ou tout n’allait pas aussi bien que ce que je le prétendais dans ses journées qui devenaient de plus en plus fréquente au fur et à mesure que mon état s’en allait en dégringolant la côte. Un jour, je ne pourrais plus faire quelque chose comme ça. Un jour, j’aurais besoin que l’on me tende la main. Dans mes hospitalisations, j’avais besoin de quelqu’un pour m’aider à marcher jusqu’aux toilettes. Parce qu’une main sur la pôle des médocs et l’autre sur la bouteille d’oxygène, je n’étais pas capable d’avancer. Je savais écraser mon orgueil. « J'ai.. J'ai juste besoin de repos... » rajouta-t-il en un seul souffle. Il avait l’air usé et épuisé. Ses ongles entraient dans ma peau de mon bras. J’aurais probablement des marques mais ce n’était pas très grave. Zoey aurait crié – elle aurait eu peur qu’il me brise. Mais moi, je savais que j’étais incassable. Je pouvais à tout. Enfin, c’était ce que je me disais. Quel que soit son histoire, je savais que ce mec ne me pouvait pas de mal. Du moins, pas dans cet état. Il tremblait comme une feuille sur ses jambes. « Enchanté, Lysander… c’est un joli prénom, tu sais? Je trouve que ça fait plus original que Billie. Des Billies, y’en a des tas dans ma classe.» dis-je.

Première règle de quand tu aides quelqu’un dans le besoin, n’insiste pas sur les faiblesses de la personne. Du moins pour moi, je préférais que l’on parle d’autre chose sauf du fait que j’allais mal quand je n’étais pas en état. Parce que justement, je n’étais pas en état. Ça servait à quoi de se faire dire que l’on est bousillé quand on sait pertinemment qu’on l’est? À pas grand-chose. Alors j’ai enchainé et je me suis ouverte un peu plus sur moi. J’étais sensé avoir peur des étrangers. C’était ce que l’on nous apprenait quand on était gamins. Qu’il fallait se méfier de ceux que l’on ne connait pas. Et puis, j’étais stagiaire au Yard. J’avais conscience que le monde était dangereux. Mais à force d’avoir si longtemps vécu dans ma boule de verre, je n’avais eu envie que de la briser alors j’adressais la parole à un étranger. On était quatre Billie en maitrise de psychologie. Mais j’étais celle qui se faisait le plus remarquer. Combien me disait que n’avoir eu que cinq années à vivre en théorie ils ne les auraient pas passés sur les bancs de l’école? Moi, je m’y plaisais. L’école était rassurante tout comme ma voix lorsque je dis gentiment : « On peut sans aucun doute te trouver une place plus confortable pour dormir que le sol d’une ruelle. » Je restais immobile avec lui dans le milieu de la ruelle. Je voulais tellement lui venir en aide mais j’attendis un signe de sa part comme quoi il était prêt à bouger. S’il s’écroulait – même si sa poigne était ferme, je ne l’avais pas. Je toussais en remontant un peu le col de mon col roulé. J’attendis un signe de tête de sa part avant de commencer à avancer lentement. Un pas, un autre et un autre. Nous nous arrêtâmes. Il me faisait un peu pensé à moi sur un de mes mauvais jours. Avec les traits tirés et l’impression de se battre contre tout. J’abandonnais rarement la bataille. Sauf que par moment, je contemplais le mur de ce que je traversais quotidiennement. Les aérosols deux fois par jour, les percussions sur ma peau, la kinésithérapie respiratoire, l’ergothérapie, les tests pour le sucre, la quantité d’enzyme que je devais prendre pour manger, l’insuline, les cures d’antibiotiques à des intervalles de plus en plus régulières, le canula et je réalisais que c’était beaucoup de ressources pour moi. Beaucoup d’espoir pour une qualité de vie plutôt moyenne. Mais au moins, j’étais vivante – constatais-je. « Viens. » dis-je. Parce que c’était lui qui nous avait arrêtés. Mais on avait à peine fait une quinzaine de pas que ma bombonne ou plus précisément les roues de ma bombonne firent un tintement d’enfer. Un genre de grincement sorti tout droit d’un film d’horreur. Au loin à peut-être cinq pas il y avait un banc sous un lampadaire. Je m’arrêtais et je lançais un : « Satané roue gauche... Ça te dérange pas qu’on s’assoie sur un banc, le temps que je la décoince… et je crois que j’ai peut-être même à manger dans mon sac. » Je ne jurais pas… j’étais saine et pure… juste en train de virer folle parce que ma bombonne avait décidé de me faire suer aujourd’hui. Elle avait décidé de ne pas rouler d’un côté. Au bout des cinq pas, je fis s’assoir l’homme. Avec un sourire, je fouillais dans mon sac et j’en sorti deux paquet de bonbons. « Ourson ou fraise en guimauve? » demandais-je très sérieusement en les déposant sur mon partenaire d’embrouille du jour. Tu vois, Zoey, je peux faire des choses sans toi! Et je me penchais vers ma bombonne sur laquelle je donnais un bon coup de pied.

CODE BY AMIANTE


[HJ: dit moi si tu aimes... je suis pas certaine. et je m'excuse pour l'attente. quatorze jour presque c'est long comme délai]

_________________

On ne sait jamais si demain sera là - alors on pense à profiter d'aujourd'hui. Car aujourd'hui est un cadeau. C'est d'ailleurs pour cela que l'on l'appelle le présent. © RANG.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

I'm on this case
Messages : 154
En service depuis le : 25/05/2014
Localisation : dans les rues de londres.
Métier : sans emploi.
Age du perso : vingt cinq ans.
I know you

MessageSujet: Re: ❖ follow the white rabbit. ➢ billie m. wilson   Jeu 23 Oct - 19:16




« follow the white rabbit. »


« When darkness falls And surrounds you When you fall down When you're scared And you're lost. Be brave I'm coming to hold you now When all your strenght has gone And you feel wrong Like your life has slipped away Follow me You can follow me And I, I will not desert you now When your fire's died out No one's there They have left you for dead Follow me You can follow me I will keep you safe Follow me You can follow me I will protect you And I won't let them hurt, they're hurting you, no Ooh yeah When your heart is breaking. »




Je faisais du mieux que je pouvais pour rester debout même si m'appuyais de tout mon corps sur la pauvre jeune fille... Je savais que ce n'étais sans doute pas le meilleur moyen pour tenir le coups, mais je savais également que je n'arrêterais pas de tomber si j'osais marcher sans l'aide de personne. Je fis donc en sorte à me tenir à elle en faisant de mon maximum pour ne pas la briser, peut être un peu trop maladroitement... J'espérais donc trouver un endroit plus agréable où je pourrais me poser à l'abri de potentiels criminels...

« - Enchanté, Lysander… c’est un joli prénom, tu sais? Je trouve que ça fait plus original que Billie. Des Billies, y’en a des tas dans ma classe. ».

Je fis un sourire qui aurait carrément pu paraître niais dans l'état où je me trouvais même si je me trouvais être simplement amusé par une réflexion même si je pensais l'inverse. Je n'avais jamais eus l'occasion de rencontrer des Billie jusqu'à aujourd'hui... Tout comme des Lysander...

« - J'aime bien... Billie... C'est moins commun qu'Alice... ».

Alice. Un titre que j'ai finis par accepté de porter même si je le trouvais totalement humiliant. Je n'avais eus d'autre choix que de le trouver banal et de l'associer à mon identité. Comme le fait de jouer les poupées, d'être salit même si l'on m'avait considéré comme l'une des créatures les plus magnifiques de la maison. Bien évidemment, cela ne dura qu'un temps avec la vieillesse et les substances illicites que j'avais bien pu recevoir dans les veines. Aujourd'hui, je me retrouvais dans la rue, fréquentant les poubelles où j'aurais bien pu finir tel un jouet cassé avant que Billie ne fasse son apparition tel un ange gardien... Cette simple plaisanterie et son courage qu'elle démontrait pour essayer de me tirer d'affaire venait soudainement de me donner de l'espoir en ce qui concerne ma vision du monde sur les êtres humains. Il y en avait qui osaient se battre pour protéger des membres de l'espèce humaine, plutôt que de la réduire à néant et de la ridiculiser...

« - On peut sans aucun doute te trouver une place plus confortable pour dormir que le sol d’une ruelle. ».

Je me voyais tout simplement pas réussir à marcher, mais je ne voulais pas non plus finir dans la rue comme elle me l'avait fait remarqué. Je fis donc un signe positif de la tête, prêt à me donner encore un peu de courage à déambuler à ses côtés en espérant qu'aucun de nous deux ne viennent à s'écrouler au sol pour ne plus jamais remonter. Je commençais à ressentir le besoin de me piquer à nouveau pour me rebooster. Je tremblais, frissonnais, soupirais... J'en pouvais plus, totalement affaiblis, sous le bord du délire. Il fallait que je m'arrête... D'ailleurs un terrible grincement répondit en écho à mon appel de la fatigue, nous obligeant donc à nous arrêter un banc ou je me laissais littéralement tomber dedans avant de recevoir deux paquets de bonbon sur mes jambes. Je fixais longuement les sachets silencieusement avec surprise avant de piocher un ourson avec hésitation que je mâchais doucement...

« - Merci... pour tout ce que vous faites... D'ailleurs... pourquoi faites-vous tout ça pour moi ? ».



hors-sujet:
 

_________________


+ A terrible mistake was made The weight would break the backs Of ten strong horses tried to save The castle in the fray If you knew that i could take the pain Inflicted at the battle With faithful arrows you Might get back in the saddle But it's a special death you saved For me, the brown-eyed daughter Once you made it hotter The thankless, holy praise Is left alone, why bother ? To cast a stone in water ?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

I'm on this case
Messages : 79
En service depuis le : 15/07/2013
Localisation : La tête dans les nuages, les pieds sur terre.
Métier : étudiante en psychologie (6e année), stagiaire au Yard (profiler sans terrain)
Age du perso : 21 ans
I know you

MessageSujet: Re: ❖ follow the white rabbit. ➢ billie m. wilson   Ven 24 Oct - 18:58




Follow the white rabbit

« You scream at the top of your lungs / When no one is listening » ► What are you afraid of? (Alana Grace)
« J'aime bien... Billie... C'est moins commun qu'Alice... » me dit-il. Pourquoi Alice ? Pourquoi un nom féminin ? C’était un homme. Il était même plutôt mignon. Enfin… je sais pas, niveau garçon, je suis plutôt nulle. Les seuls qui gravitent autour de moi sont des collègues bien trop vieux pour moi ou des médecins qui me regardons avec cet air compatissant. J’ai un petit sourire. Moins commun qu’Alice. Mais commun quand même. Ce n’est pas de s’appeler Billie qui fera en sorte que je marquerais le monde qui m’entoure. Il me faudrait faire quelque chose de plus que de simplement exister avec toute ma petite différence qui faisait de moi de quelqu’un d’unique.

Arrivés sur le bord du banc, j’aidais l’homme à s’asseoir avant de lui lancer un paquet de mes bonbons. Mon père chialait continuellement à me voir m’empiffrer de sucrerie. Mais je l’aimais mon monde édulcoré. C’était une de mes marques de commerce. On me connaissait pour la fille qui avait toujours une tonne de sucrerie. Je fouillais pour trouver encore un truc magique qui dans mon sac décoincerait la stupide roue de la bombonne – mauvais signe. Rien dans mon sac. Je soupirais un peu boudeuse et j’entamais de faire lentement tourner la roue dans l’espoir que ça la décoince. C’était pour ça que c’était inutile que je sorte dans un bar. « Merci... pour tout ce que vous faites... D'ailleurs... pourquoi faites-vous tout ça pour moi ? ». Je relevais d’un coup sec la tête et je le fixais avec un petit sourire. Lentement, je replaçais une longue mèche de cheveux bruns derrière mon oreille. «Pas de vous d’accord ? Vous… c’est ma mère. » commençais-je. J’avais beau légalement être une adulte. J’étais loin de me le sentir. J’ai fouillé dans la poche de côté de mon sac et j’ai pris deux enzymes dans une petite bouteille que j’ai avalées sans eau. Ma main est ensuite allée chercher les fraises en guimauves – probablement mon bonbon préféré… quoi que tous les bonbons pourraient plus ou moins répondre à cette définition. Après avoir fourré une fraise dans ma bouche, je mâcha lentement avant de venir dire : « C’est trois fois rien… c’est un retour du balancier je crois… ».

Ça voulait tout dire et rien dire à la fois. Mon état à moi n’était pas stable. Je n’avais pas devant moi tout le temps que je désirais. Il m’était déjà arrivé à plusieurs reprises d’avoir besoin de l’aide d’autrui au milieu d’une rue. Et j’avais toujours été reconnaissante pour quelqu’un qui appelait une ambulance pour me venir en aide quand je m’écroulais. J’aidais pour toutes les fois où l’on m’avait aidé. Il ressemblait à un petit animal blessé et effrayé. Comme moi par moment. Alors je n’étais pas pour lui cacher. Avec un petit sourire, je dis : « C’est le numéro soixante-dix-sept sur ma liste. ». J’étais même certaine du numéro que ça occupait sur la liste. Je la connaissais par cœur et elle était longue. Il y avait plus de trois cents trucs sur la liste. Je n’en parlais presque jamais. Zoey le savait. C’était justement pour cette raison qu’elle m’avait amenée ici alors que la situation me ressemblait si peu. Parce que c’était des choses qui étaient sur ma liste. Voyant que je ne l’avais pas pour autant éclairé sur pourquoi je l’avais aidé, j’ai continué : « le numéro soixante-treize c’est aider un inconnu sur la rue… et le pourquoi… c’est pour compenser toutes les fois où quelqu’un l’a fait pour moi. ».

J’ai redéposé sur le sol la bombonne. Tant pis pour la stupide roue. J’ai fermé les yeux et j’ai pris un autre bonbon dans le paquet qui se trouvait sur mes jambes. Une petite bouchée. Il faudrait que je griffonne quelque chose de plus sur le métal, me suis-je dit en levant les yeux vers le ciel. C’était trop ville. On ne voyait pas les étoiles. Je voulais voir les étoiles avant de disparaitre. D’un même ton, j’ai continué : « J’ai une liste… de chose à faire… ». Pourquoi est-ce que j’étais vraiment en train détailler ? Lysander n’en avait probablement rien à cirer de ce que je vivais et de ma petite vie bien rangée de malade. Personne n’aimait se faire parler des joies d’être en phase terminale – parce que je savais très bien que sans greffe. C’était ce que j’étais… une phase terminale. Mes poumons sont nuls pour respirer… mais au moins, je suis vivante. C’est ce que je peux me dire. « … avant de… au cas où… ils me trouvent pas de greffe à temps… ou… ouais… voilà… » mais je n’avais que l’impression de me couler en rajoutant ça. Dans l’éventualité ou je meure. C’était horrible à dire. Ça me faisait ressembler à une adulte. Ça craignait d’avoir l’apparence d’une adulte. « Ça fait un peu morbide dit comme ça…» rajoutais-je en passant lentement une main dans mes cheveux. Sérieux… un peu, c’était l’euphémisme du siècle. Ça faisait terriblement nul en fait. Terriblement et horriblement nulle comme but dans la vie. De cocher le plus de choses possibles sur une liste de trucs à faire avant de mourir. La solitude.

« Enfin… t’en as probablement rien à cirer… » rajoutais-je en rougissant terriblement et en ramassant le paquet de jujube pour en prendre un autre. Les gens en ont rien à cirer que tu te meures, Billie… pensais-je amère. La preuve, c’est qu’il y a des tas de fumeurs que je regarde grillé une cigarette alors que moi, mes poumons se noient tout seul… Un tas de gens trouvent ça cool d’aller se trainer dans un bar enfumé. Un tas de gens ne sait même pas que tu existes. Un tas de gens boivent comme des trous et moi, je ne le fais pas… ça me rappelle rien. Quand les gens apprennent que j’ai que 35% de la capacité pulmonaire d’un adulte normal, que j’attends une greffe de poumon et une des intestins, que je continue mes études malgré tout et que j’ai encore espoir que je ne deviendrais pas une étoile de sitôt… ils me regardent avec pitié. Et ce que je veux… ce n’est pas de la pitié. Je veux me sentir vivante. C’est pourquoi je considère que c’est une grossière erreur que d’avoir dit à un parfait inconnu que je suis en attente d’une greffe – j’ai pas dit que c’était une double au moins. Me lâchant de la contemplation du ciel, je me tourne vers le jeune homme : « Tu veux parler de ce qui t’as mené dans la ruelle ou pas ? ». Machinalement, je ramène mes jambes sur le banc et je fixe de nouveau le ciel. Est-ce que ça lui fera oublier que j’ai dit que je suis mourante ?

CODE BY AMIANTE

_________________

On ne sait jamais si demain sera là - alors on pense à profiter d'aujourd'hui. Car aujourd'hui est un cadeau. C'est d'ailleurs pour cela que l'on l'appelle le présent. © RANG.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


I'm on this case
I know you

MessageSujet: Re: ❖ follow the white rabbit. ➢ billie m. wilson   

Revenir en haut Aller en bas
 

❖ follow the white rabbit. ➢ billie m. wilson

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» White Rabbit - Les délires psychédéliques d'Alice
» White Rabbit |Neal|
» [Octobre] Taeyang Lunatic White Rabbit
» White rabbit
» Follow the white rabbit. [minhyun]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: London & co. :: Autour de la ville :: Vauxhall-