AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Enlèvement ~ Tris & Néo

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

I'm on this case
Messages : 78
En service depuis le : 01/05/2014
Localisation : Londres
Métier : Ancienne prostituée
Age du perso : 28 ans
I know you

MessageSujet: Enlèvement ~ Tris & Néo   Lun 29 Sep - 9:10

Tris inspira à fond alors que l'eau chaude s'écoulait le long de son corps, les gouttes martelant son dos rougit par la chaleur. Elle jeta un regard furieux au savon à côté d'elle, voulant le réduire en charpie. Combien de fois c'était-elle douchée aujourd'hui ? 5 fois ? 8 fois ?... 10 fois ? Peu importait le nombre, elle se sentait toujours aussi sale.
Elle frotta ses bras alors qu'un frisson la parcourait au souvenir de son dernier client, les yeux fermés, luttant contre le souvenir de la violence dont il avait fait preuve en la plaquant contre le mur. Une vive douleur la ramena à la réalité et elle se rendit alors compte qu'elle plantait ses ongles dans ses bras à s'en déchirer la peau. Elle détestait son corps... Trop... Trop de gens le touchaient, le caressaient, le goûtaient... Son corps était une allée de gare dans laquelle tout le monde passaient et repassaient quand bon lui semblait.

Tendant les bras sur les parois de la douche, comme pour se maintenir debout, Tris se força à respirer la bouche grande ouverte. Elle chercha l'air pendant un long moment dans de grandes inspirations, incapable de retrouver son souffle. Sa poitrine paralysée par une nouvelle crise d'angoisse. Elle ne cessait pas d'en faire depuis... depuis pas mal de temps.
La boule dans la gorge qui à présent ne la quittait plus se serra et elle sentit les sanglots gagner du terrain. Elle leva aussitôt son visage face au jet d'eau bouillante et le frotta avec énergie. Non, elle ne devait pas pleurer. Elle devait se reprendre... Pleurer ne servait à rien... Tout allait bien, c'était une journée normale, tout était comme d'habitude...

Peu à peu, elle sentit les sanglots disparaître et elle pu baisser la tête. Fixant la parois pleine de buée en face d'elle, elle tendit machinalement le bras pour y tracer des lettres. Comme dans une supplique, elle y traça le seul mot qui avait de l'importance pour elle, le premier qu'elle avait apprit à écrire, avant même son propre prénom : "MINA"
Tout ça, elle le faisait pour Mina, pour qu'elle s'en sorte. Mina valait le coup. Bientôt, elles seront réunies, elles se reverront, encore une année ou deux à tenir, c'était rien... Après tout irait mieux... Mais rien ne changera, c'était Mina qui s'en sortait, pas elle... Elle, elle continuera à faire le tapin tous les soirs... C'était trop tard pour elle, elle avait tout sacrifié pour sa sœur...

Cela faisait déjà plusieurs années qu'elle l'avait accepté. Depuis toujours, elle s'était toujours mise en rempart pour la protéger, se prenant des coups pour deux, ce prostituant pour deux... Alors pourquoi était-ce tout d'un coup devenu aussi difficile ?!! Depuis quand n'arrivait-elle plus à se détacher de ce qui pouvait arriver à son corps ?!!
Mettant la main devant sa bouche, elle dû une fois de plus se retenir d'éclater en sanglots. Qu'il soit maudit, Néo Cartwright !! Pourquoi avait-il fallu qu'il débarque dans sa chambre... Et surtout, pourquoi avait-il fallu qu'elle le retrouve ?!! Il n'aurait jamais dû entrer dans sa vie, il n'aurai jamais dû faire miroiter devant ses yeux une vie meilleur... Une vie auquel elle n'avait pas droit.

Elle l'avait aimé, et elle l'aimait toujours... Elle n'avait jamais ressentit ça en embrassant quelqu'un, jamais. Et c'était ça le pire. Il pouvait tout lui offrir, affection, la protection, le logement... Il lui avait tout donné... Et elle ne l'avait pas supporté. Elle n'avait pas supporté l'idée de se faire entretenir par un homme sans qu'il ne demande rien en échange... Elle n'avait pas grandit dans un monde de générosité.Tout était allé trop vite.
Un matin, elle s'était réveillée avec l'impression de s'être fait enfermer et elle avait eut peur. Elle avait donc prit la fuite. Elle était retourné au bordel, faire la seule chose dont elle était capable. On le lui avait suffisamment dit pour qu'elle en soit convaincue. Mais rien n'était plus pareil. Néo l'avait fait espérer, lui avait fait croire qu'elle méritait mieux. A présent, chaque prestation était devenu un cauchemar. Bon sang, elle avait tellement honte qu'elle n'arrivait même plus à regarder Jazz dans les yeux !!!

Une fois qu'elle eut tellement frotté son corps qu'il en devint rouge vif, elle finit par éteindre le jet d'eau et elle sortit de la douche. Dans le dortoir, sur son lit, gisait sa tenue de travail qu'elle mit un temps infinie à revêtir. C'était une tenue en skai blanc, composée d'une jupe tellement courte que l'on ne pouvait rater ce q'il y avait dessous, un décolleté plongeant et des bottes à talons aiguilles d'une hauteur vertigineuse.
Elle finit dans un soupir par mettre sa veste en fausse fourrure noir et sortit travailler... sur le trottoir. Lors de son retour, elle n'avait pas pu récupérer la chambre d'hôtel auquel elle avait eut droit. Une autre fille l'avait rapidement remplacé. Et elle s'était retrouvée à faire le trottoir et à "s'occuper" de ses clients sur leur siège conducteur comme n'importe qu'elle catin de bas étages. La régression avait été dur à avaler.

Soudain, alors qu'elle regardait la 12ème voiture passer devant elle sans s'arrêter, ne sachant pas trop si elle était déçue ou soulagée de ne pas avoir encore eu de client, un son familier parvint jusqu'à ses oreilles. Elle se retourna et devint aussi blanche que sa tenue en 5 secondes à peine. Peu de voiture pouvait produire ce bruit de moteur. Aussi aurait-elle dû se douter de qui elle allait trouver au volant.
Incapable de bouger ou de produire le moindre son, elle vit la voiture de Néo s'avancer dans sa direction. Son cœur rata un battement en le voyant ralentir jusqu'à se retrouver à sa hauteur. Tris n'eut pas la force de le regarder et elle baissa la tête avec la forte envie de ramper par terre jusqu'à retourner dans la douche la plus proche des environs.

Que faisait-il ici ?!! Pourquoi fallait-il qu'ils se rencontrent à nouveau ?!! Était-il venu la voir ? Non, il serait allé à l'hôtel, il ne pouvait pas savoir qu'elle faisait le trottoir... Mon dieu... Il la voyait faire le trottoir... Il ne devait pas savoir, pourquoi fallait-il qu'il sache ?!!
Elle se rendit alors compte qu'il s'était vraiment arrêté et q'il ne faisait pas que passer son chemin. Que faisait-il ? Est-ce qu'il la jugeait ? Cela devait vraiment le faire plaisir de la voir réduite dans cet état après le mal qu'elle lui avait fait. Parce qu'elle lui avait fait mal, elle le savait... Elle s'en rappelait.

- Salut... lui dit-elle d'une petite voix.

"Pourquoi je lui parle, moi ? Je suis partie !! J'ai pas à lui parler !!! Il faut pas... Si je recommence à lui parler, je..."

Mais c'était trop tard, elle sentait déjà les larmes lui monter aux yeux. Et comme pour le retenir de s'en aller avant qu'elle ne puisse réprimer ses larmes et parler à nouveau, elle mit sa main sur le rétroviseur. Elle regrettait d'être partie, elle le regrettait tellement !! Mais elle avait dû faire un choix... Un choix qu'elle n'aurait pas aimé devoir faire...
Il aurait dû la retenir, l'attacher, l'enfermer à double tour et l’interdire de sortir... Jamais il n'aurait dû la laisser partir... Elle avait choisit de retourner en terrain connu, un terrain où elle était sûre de pouvoir aider sa sœur sans aide. Mais il n'aurait jamais dû lui laisser le choix.

- S'il te plait... fit-elle enfin en relevant un peu la tête pour fixer le menton de Néo. Kidnappe-moi...

Ça avait sonné comme une supplique, une prière. C'était ce qu'elle souhaitait par dessus tout, rester auprès de lui. Elle l'avait toujours souhaité. Mais la peur de manquer à ses devoirs envers sa sœur, la peur de ce en quoi elle s'engageait, la peur d'être heureuse... Tout ça l'avait poussé loin de Néo. Qu'allait-il se passer si elle restait avec lui ? Si elle vivait auprès de lui ? Elle ne s'était jamais sentit en sécurité nulle part, excepté contre lui...
Elle avait peur que cela n'en soit que plus douloureux encore si elle venait à tout perdre après s'être laissé aller avec lui. Si elle s'était mise à espérer. Mais elle en avait envie, plus que tout... Aussi voulait-elle que Néo ne lui laisse pas le choix. Qu'il la tire de force de cet enfer une bonne fois pour toute. Mais avec le mal qu'elle lui avait fait... Était-ce vraiment la peine d'oser lui demander ? Pourquoi l'aiderait-il ?

_________________
Ce n'est qu'en naissant dans la plus grande pauvreté que l'on apprend la vrai valeur de l'argent. On est alors prêt à tout pour ne plus jamais en manquer... aussi effrayant cela peut-il être.

Crédit - Joy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

I'm on this case
Messages : 538
En service depuis le : 22/10/2012
Localisation : Dans son labo.
Métier : Analyste en chimie et en biologie au MI5 - Tueur à gage - Dealer/chimiste dans le narcotrafique d'héroïne.
Age du perso : 31 ans
I know you

MessageSujet: Re: Enlèvement ~ Tris & Néo   Sam 4 Oct - 10:56

[SMS : from Mike to Marylin :
Tu l’as toujours ?]
[SMS: from Néo to Madonna:
Oui. Tourne à droite, direction Heathrow.]





Ca devait bien faire une demi-heure que Mike et Néo filaient l’un des indics de l’américain. Ce dernier le soupçonnait fortement d’avoir retourné sa veste, et pas qu’une fois. Voulant régler cette affaire au plus vite, il avait proposé à son meilleur ami  de l’aider. Peut-être plus pour lui changer les idées que parce qu’il n’était pas capable de gérer l’affaire tout seul… Mais Néo s’en fichait, au moins, il avait quelque chose à faire d’intéressant ce samedi-là !

D’ordinaire, il ne prêtait aucune attention aux filles qui s’alignaient le long du trottoir… Mais depuis que Tris était partie, son regard était inlassablement attiré, détourné de la route, à la recherche de la jeune femme. Pourtant, il ne savait pas ce qu’il pourrait lui dire s’il se retrouvait en face d’elle… Il se demandait même s’il serait capable de lui faire face s’il la voyait. Il avait peur de lui sauter dessus et de la tuer, en fait. Il était tellement en colère, tellement enragé même… Mais pire que tout, il n’avait pas compris. Certes, il pouvait lui arriver d’avoir ses humeurs, comme tout le monde, il avait ses défauts, comme tout le monde, mais là… Là ça avait été clairement incompréhensible. Et c’était ça qui avait rendu les choses bien plus difficiles qu’elles n‘auraient dues l’être.

Néo inspira longuement en ferma les yeux un court instant.

Flashback.:
 

Néo grimaça et se mordit la lèvre inférieure, sans savoir s’il avait envie de rire ou de pleurer. Il se reprit un peu et… pila net, avant de redémarrer plus lentement. Tris. Elle était là. Sur ce trottoir. Dieu merci, elle était couverte.

Il s’arrêta pratiquement sous son nez. L’esprit étonnamment vide. Ce qui était peut être le mieux, soit dit en passant. Les yeux rivés sur la route, il baissa la vitre côté passager. Il ne répondit pas à son salut, il était trop occupé à essayer de garder son calme alors que son cœur menaçait d’exploser et que sa poitrine se serrait douloureusement.

-Monte.

Sa voix avait été réduite à un grondement rauque, presque menaçant, alors que celle de Tris s’était faite suppliante. Lorsqu’elle se fut installée, il redémarra en s’efforçant de ne pas prêter attention à la sensation d’étouffement qui l’assaillait.
Il ne détourna son regard de la route que pour jeter un regard au sms qu’il venait de recevoir.

[SMS : from Mike to Marilyn :
Je rêve ou tu viens de ramasser une prostituée sur le trottoir ? Oo]
[SMS : from Néo to Madonna :
C’est Tris. Ta gueule.]




Il jeta rageusement son portable à l’arrière de la voiture, avec violence.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

I'm on this case
Messages : 78
En service depuis le : 01/05/2014
Localisation : Londres
Métier : Ancienne prostituée
Age du perso : 28 ans
I know you

MessageSujet: Re: Enlèvement ~ Tris & Néo   Mer 8 Oct - 18:47

Tris avait à la fois d’hurler et de disparaître. Elle était persuadée que les mots qui avaient osés franchir ses lèvres un peu plus tôt allaient lui revenir à la figure transformés en paroles cinglantes et cruelles. Elle n’avait pas le droit de lui demander ça après ce qu’elle lui avait fait… Comment pouvait-elle espérer qu’il veuille encore d’elle ?!!
Mais apparemment, il devait l’avoir plus aimé qu’elle ne se l’était imaginé. Et entre la peur en entendant sa voix et le soulagement qu’il accepte de lui offrir cette échappatoire, la culpabilité l’accabla à nouveau. Et c’est en silence qu’elle ouvrit la portière pour se glisser dans la voiture, toujours incapable de regarder Néo dans les yeux et la gorge trop nouée pour réussir à le remercier.

Une fois sur le siège passager, elle tenta de se faire le plus petite possible, ramenant ses jambes contre elle et posant son front sur ses genoux. Pour la première fois depuis des années, elle avait honte… Honte de sa tenue, honte de sa condition, honte de se présenter comme ça face à quelqu’un. Elle avait envie de se cacher, car il savait. Il savait combien d’hommes lui étaient passés dessus, il savait qu’elle l’avait fait volontairement et qu’elle le faisait tous les soirs… Et elle en avait honte.
Elle avait peur aussi, le silence de Néo était terrifiant, son regard fixant la route était terrifiant. Et sa voix… Mon dieu, sa voix avait semblée être celle d’un homme sortant de sa propre tombe pour l’y mettre à sa place. Elle se souvint alors qui était Néo, qu’il était un tueur qui avait été sur le point de la tuer le jour de leur rencontre. Et elle lui avait fait mal… Et à présent, elle était à sa merci… volontairement.

Immobile, recroquevillée sur son siège, elle se força à respirer et à garder une contenance. Elle était sur le point de craquer, elle le sentait. C’était trop pour elle, et elle se demanda si ça avait vraiment été une bonne idée de revenir vers lui, de le lui demander. Car elle le sentait, elle s’emprisonnait de nouveau, chaque minute la rapprochant de chez lui était un barreau supplémentaire à sa cage dorée. Et cette simple idée était sur le point de faire naître une nouvelle crise d’angoisse.
Mais n’était-elle pas non plus emprisonnée dans ce trafic de prostituées ? Avait-elle seulement été libre à un moment dans sa vie ? Prisonnière de son père, prisonnière de ses proxénètes, prisonnière de Néo… Après tout, cette dernière option était toujours plus agréable, au moins il ne devrait pas lui faire de mal. Et dans le cas contraire, ça serait toujours plus rapide que la mort lente qu’elle s’imposait au bordel. Mais ça faisait peur… tellement peur !!

*Et Mina ? Comment je vais faire pour m’occuper de Mina si je peux plus me prostituer ?!!* pensa-t-elle en frissonnant.

Mais l’arrivée chez Néo l’empêcha de plus réfléchir à sa décision et à ses conséquences. De toute façon, elle l’avis prise et cette fois-ci, plus aucun retour en arrière n’était envisageable. C’est sur cette pensée qu’elle se força à allonger ses jambes pour sortir de la voiture et suivre Néo jusqu’à son appartement. Les couloirs firent remonter des souvenirs d’un départ suivit d’appels désespérés de Néo alors qu’elle s’éloignait et son malaise grandit un peu plus.
Elle n’avait toujours pas relevé la tête lorsqu’elle passa le pas de la porte de Néo, incapable de lever le menton de peur de rencontrer le regard du tueur, de ce qu’elle pouvait y lire. Elle se sentait mal, elle avait l’impression d’étouffer et sa gorge lui faisait mal à force de se retenir de pleurer. Elle avait l’impression que les mains de tous les hommes qui l’avaient touché après son départ avaient laissés des marques rouges sur sa peau et que Néo pouvait les voir. Elle se sentait sale. Sa lèvre inférieure se mit à trembler.

- Je… commença-t-elle d’une voix affreusement basse. Je peux prendre une douche ?

Elle fut incapable de bouger avant que Néo ne lui donne son accord, et dès qu’elle en eut le droit, elle fila précipitamment dans la salle de bain. Oubliant de refermer derrière elle, elle se jeta sous le jet d’eau encore froid toute habillée. Les muscles tendus, elle enleva ses vêtements pour les jeter sans ménagement dans un coin de la pièce avant de se frotter vivement le visage pour enlever son maquillage.
Et pour la 9ème fois aujourd’hui, elle se frotta tout le corps à s’en griffer à certains endroits, tenant de faire disparaître cette sensation de souillure qui ne la quittait plus. Elle avait l’impression d’avoir été violée une quinzaine de fois… Mais c’était sa faute, elle l’avait voulu… Cette pensée lui traversa l’esprit lorsqu’elle sortit de la douche et s’enveloppa dans la serviette de Néo. Cela eut raison d’elle et elle s’effondra au sol avant d’éclater en sanglots… Et elle pleura… pleura… pleura… incapable de s’arrêter.

_________________
Ce n'est qu'en naissant dans la plus grande pauvreté que l'on apprend la vrai valeur de l'argent. On est alors prêt à tout pour ne plus jamais en manquer... aussi effrayant cela peut-il être.

Crédit - Joy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

I'm on this case
Messages : 538
En service depuis le : 22/10/2012
Localisation : Dans son labo.
Métier : Analyste en chimie et en biologie au MI5 - Tueur à gage - Dealer/chimiste dans le narcotrafique d'héroïne.
Age du perso : 31 ans
I know you

MessageSujet: Re: Enlèvement ~ Tris & Néo   Lun 20 Oct - 16:58

Il ne devait pas tourner la tête vers elle. Il ne devait pas lui jeter un regard. S’il faisait ça, il les enverrait tous les deux dans le décor. Il avait déjà du mal à garder son sang-froid, si il posait les yeux sur le manteau de fourrure, les bottes et… sur elle tout court en fait, il signait ce qui lui paraissait être leur arrêt de mort.

« N’y pense pas Néo, n’y pense surtout pas, regarde la route, ralenti, tu vas trop vite et tu es loin de contrôler complètement le véhicule vu ton état, ralenti, ralenti, calme… »

Néo leva le pied de l’accélérateur. Les mains crispées convulsivement sur le volant, il s’efforçait de maîtriser les tremblements de rage qui parcouraient impitoyablement son corps, avec une violence toute particulière lorsqu’ils passaient le long de son échine.
Le trajet fut un enfer. Il faillit sortir de la route à plus d’une reprise, grilla plusieurs feux rouges, et manqua d’écraser un groupe de collégiens qui traversa en courant juste sous son nez. Pour achever tout ça en beauté, il emboutit son capot dans un poteau en se garant. Oh, rien de bien méchant, et puis, vu l’état de la voiture… Ca ne faisait que quelques creux ou bosses en plus. La carrosserie était tellement pourrie… Enfin, dieu soit loué, il n’avait pas croisé de flics, parce que là, ça aurait été le pompon. Peut-être même l’auraient-ils fait souffler dans un éthylotest.
Il monta les marches quatre à quatre jusqu’à son étage, sans se retourner une seule fois vers Tris. Il avait entraperçu sa jupe. Et avait par miracle réussi à ne pas frapper le mur. Ni quoi que ce soit d’autre d’ailleurs. Elle était tellement courte que la bosniaque aurait pu être complètement nue, ça aurait été pareil !

Néo n‘osa relever les yeux sur elle que lorsqu’il entendit sa voix.

-Tu connais le chemin. répondit-il platement, lui donnant ainsi l’autorisation tacite d’aller se doucher.

Et puis d’ailleurs, pourquoi elle le lui demandait ?! Elle était adulte et capable de se gérer toute seule non ?! Quoique… elle avait parfois des réactions tellement puériles…

Il accrocha machinalement son blouson au porte manteau et vida ses poches pour poser leurs contenus sur le petit meuble de l’entrée, comme à son habitude. Mais quelque chose manquait.

-Et merde…

Son portable. Il l’avait laissé dans la voiture. Il ne se donna pas la peine de dire à Tris où il allait. Pour une absence de cinq minutes, elle n’allait pas le remarquer. De toute façon, elle était déjà sous la douche, il entendait le jet d’eau frapper puissamment les carreaux qui ornaient les murs. Il reprit ses clefs et retourna jusqu’à son véhicule.
Il ne consulta ses messages qu’une fois de retour, soulagé de voir que l’écran n’était même pas fissuré malgré le vol plané qu’avait subi l’appareil.

[SMS from Mike to Marilyn :
Merde... D'accord... Rentre chez-toi. T'en fais pas, je me débrouille... Je te libère, occupe-toi d'elle.]

[SMS from Néo to Madonna :
Encore heureux.]

Conscient que sa réponse était un peu sèche, il envoya un nouveau sms.

[SMS from Néo to Madonna :
Dsl, plus franchement très en forme… Tiens moi au jus pour la suite si jamais t’as encore besoin de moi. A +.]

Il tira une chaise dans la cuisine, et après avoir pris une bière dans le frigo, il se laissa tomber sur une chaise. Et attendit. Il ne savait pas ce qu’il attendait, mais il attendait. Il faisait tourner son portable entre ses doigts, nerveux, vidant sa bouteille très lentement, par petites gorgées.
Le bruit d’eau provenant de la salle de bain cessa soudainement. Il fut suivit d’un cours silence. Puis de sanglots déchirants.

Néo posa son téléphone et crispa ses deux mains autour de la bouteille. Un soupir tremblant lui échappa, et il prit sur lui pour se lever et la rejoindre. Il frappa doucement à la porte puis entra sans plus attendre.

-Tris…

Il s’accroupit à côté d’elle, toute colère et toute rancœur envolées. Elle était si vulnérable, au fond.

-Viens là… dit-il avec douceur, en la prenant dans ses bras.

Il la serra délicatement contre lui, encore un peu distant, mais tout de même profondément heureux de l’avoir retrouvée.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

I'm on this case
Messages : 78
En service depuis le : 01/05/2014
Localisation : Londres
Métier : Ancienne prostituée
Age du perso : 28 ans
I know you

MessageSujet: Re: Enlèvement ~ Tris & Néo   Sam 25 Oct - 17:59

Depuis son départ, Tris s’était interdit de pleurer. Elle n’avait pas eu le droit d’avoir des regrets elle n’avait pas à s’apitoyer sur son sort. Inutile de se plaindre, ça n’allait en rien l’aider. Mais là, là s’était trop… Entre l’émotion qu’elle retenait depuis tout ce temps et celle qui accompagnait le fait de revoir Néo, elle ne pouvait pas lutter.
Elle culpabilisait d’avoir laissé Néo mais elle le haïssait aussi d’avoir autant changé sa vie. Elle était dégoutée de ce qu’elle avait fait, de tous ces hommes qu’elle avait accepté en échange de leur argent de malheur. Et elle était soulagée d’avoir finalement échappé au bordel. Mais malgré tout, elle avait peur… peur de ce qui allait arriver maintenant, peur de ne plus pouvoir aider sa sœur.

Quand Néo entra dans la salle de bain, elle eut un mouvement de recul. Il la regardait, il était là, il prononçait son nom, il s’approchait !! L’image de son père qu’elle avait enfouit au plus profond d’elle ressurgit quand Néo s’assit à côté d’elle. Elle ne savait plus ce qui allait se passer, ce que Néo était capable de lui faire. Elle le dégoutait sûrement !! Jamais plus il n’allait vouloir l’aimer !!
Malgré tout, elle se laissa faire alors qu’il la serra contre elle. Il était tendre, si tendre… Comment c’était possible alors qu’il SAVAIT ?! Il l’avait vu sur le trottoir, il l’avait vu accepter volontairement d’autres hommes pour de l’argent. Comment pouvait-il être là ?! Elle était souillée, sale, profanée… Elle n’avait plus aucune valeur, elle n’était personne… Comment pouvait-il refuser de l’abandonner ?

Timidement, ses doigts vinrent s’accrocher au vêtement de Néo. Elle le tenait à peine, du bout des doigts, mais c’était suffisant pour elle. Peut-être, après tout, qu’elle n’était pas seule dans cette vie pourrie. Peut-être, qu’elle avait une chance… Ses sanglots finirent par se calmer gentiment et elle finit par se mettre à pleurer en silence, plus calme…
Epuisée, elle s’abandonna complètement à l’étreinte de son ancien amant et posa sa tête sur son épaule. Elle pleurait toujours un peu, mais sa respiration était lente et régulière. Ses yeux étaient rouges et lui faisaient mal. Mais intérieurement, elle se sentait vide et plus apaisée. Rien n’avait changé, elle avait toujours peur et la culpabilité la rongeait de l’intérieur. Mais elle l’avait exprimé.

- Tu devrais me rouer de coups… dit-elle après un très long silence. Tu devrais me battre jusqu’à-ce que je te supplie de m’achever, pour ce que j’ai fait… Tu le sais ça ?

Elle avait été frappée et abusée pour moins que ça lorsqu’elle était jeune. Elle avait été tabassée juste parce qu’elle existait et que son père recherchait un visage à cogner. Et ce n’était qu’un ivrogne sans force et pathétique. Néo était un tueur froid et professionnel. Peut-être aurait-il dû la tuer cette fameuse nuit, cela lui aurait évité un nombre incalculable d’ennuis.
Mais au lieu de ça, il l’avait laissé vivre. Elle avait pu alors le retrouver, apprendre le bonheur… Et elle avait pu lui faire mal, lui enfoncer un couteau dans le cœur et le retourner dans la plaie en lui demandant de revenir. Elle méritait tous les noms dont on l’avait traité depuis qu’elle faisait ce métier. Et pourtant il la serrait toujours contre lui.

- Pourquoi tu as accepté que je monte dans ta voiture ? Qu’est-ce que tu vas faire de moi à présent ?

Car elle ne voulait plus prendre de décision. Elle prenait toujours les mauvaises, celles qui la faisaient souffrir. Immobile, dans les bras de Néo, le regard dans le vide, elle ne voulait plus qu’être une poupée désarticulée qui n’avait plus son mot à dire… une marionnette guidée par des fils incassables qui l’emprisonnaient et la reliaient aux mains de cet homme… sa marionnette.

_________________
Ce n'est qu'en naissant dans la plus grande pauvreté que l'on apprend la vrai valeur de l'argent. On est alors prêt à tout pour ne plus jamais en manquer... aussi effrayant cela peut-il être.

Crédit - Joy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

I'm on this case
Messages : 538
En service depuis le : 22/10/2012
Localisation : Dans son labo.
Métier : Analyste en chimie et en biologie au MI5 - Tueur à gage - Dealer/chimiste dans le narcotrafique d'héroïne.
Age du perso : 31 ans
I know you

MessageSujet: Re: Enlèvement ~ Tris & Néo   Dim 15 Mar - 12:07

Je soupire en levant les yeux au ciel. La rouer de coups, mais oui, bien sûr, comme si je n’ai que ça à faire, comme si me venger de toute cette souffrance qu’elle m’a infligée est mon but ultime. Tout à fait mon genre…

Je n’ai pas le temps de retenir les sarcasmes qui m’échappent ensuite.

-Eh bien à la base je comptais de tuer proprement et t’enterrer dans les bois, mais en y réfléchissant bien, je me suis dit que les traces serait trop visibles, alors je vais te découper en morceaux dans ma cuisine et inviter mes nombreux collègues à un barbecue dont tu seras l’aliment principal. D’autres questions ?

Bon, ce n’est peut-être pas la meilleure chose à lui dire, mais je dois avouer que sur le moment, je n’ai rien trouvé de mieux. J’espère au moins ne pas avoir été trop sec. Je me redresse et la relève par la même occasion, puis lui retire doucement la serviette trempée qui entoure son corps pour l’enrouler dans une autre, propre et plus sèche. Je ne suis pas franchement un fanatique du partage de la brosse à dent et des serviettes, justement, mais je peux comprendre son geste. Dieu merci, elle n’a pas non plus exagérer les choses en se barbouillant avec mon après rasage ou je ne sais quelle autre aberration de ce genre !
Je la soulève dans mes bras et l’emmène dans la chambre. Je l’allonge sur le lit défait, écarte un peu les draps du milieu d’un geste encore rageur, malgré le calme auquel je me force depuis qu’elle est montée dans ma voiture, puis je me couche à côté d’elle. Et j’attends. Encore. Quoi, je ne sais pas, mais j’attends, sans quitter son visage du regard.

J’espère que mon expression est parfaitement neutre, parce que là, tout de suite, je n’ai aucune envie de laisser apparaitre mes émotions. Sans compter qu’elle n’a pas besoin que je la charge de reproches ou que je déverse ma colère sur elle. Elle s’en veut déjà suffisamment comme ça, ça se voit comme le nez au milieu de la figure.

Un nouveau soupir m’échappe et je me redresse.

-Ne bouge pas.

Je m’en vais chercher une bouteille de whisky dans le placard du salon, m’empare de deux verres et reviens avec. Je nous sers peut être un peu trop généreusement puis pose un regard froid sur Tris, alors que je m’assois sur la table de nuit.

-Bois.

Et j’attends qu’elle s’exécute avant de vider mon verre, cul sec. Je me ressers une rasade, puis je fais tourner la bouteille entre mes mains.

-Je vais à la salle de boxe ce soir. J’ai besoin de passer mes nerfs, mais je ne le ferais certainement pas sur toi, contrairement à ce que tu pourrais croire. Tu sais où je range le double de mes clefs, tu dois même encore avoir le trousseau que je t’ai donné. C’est simple. Si quand je reviens, quelle que soit l’heure, tu t’es barrée sans raison valable –et dans le cas contraire, tu as intérêt à me laisser un mot- je fais changer les serrures et je t’oublie. Tu n’auras jamais existée. Compris ?

Bon, c’est un peu extrême comme… Comme quoi d’ailleurs ? Ce n’est ni un marché, ni un ordre, c’est… un ultimatum peut être, en quelque sorte. Et en réalité, je ne pense pas pouvoir l’oublier par quelque moyen que ce soit. Ce n’est que du bluff. Mais je crois bien que c’est ma dernière carte. Oh, elle va certainement prendre ça comme une espèce d’esclavagisme. Mais pour l’instant, je m’en fous. Le temps des explications viendra plus tard.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


I'm on this case
I know you

MessageSujet: Re: Enlèvement ~ Tris & Néo   

Revenir en haut Aller en bas
 

Enlèvement ~ Tris & Néo

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» YON TI KOZE ! PITA PI TRIS ! PREVAL PA PI SOT KE SA !
» Nathan et Syb' (Avant l'enlèvement de Sybille)
» Catacombes ou l'enlèvement d'Elodie vers les enfers
» [FB] Enlèvement en bonne et due forme [PV Erwin Dog]
» Tris

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: London & co. :: Autour de la ville :: Vauxhall-