AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Mission Intrigue N°2 : Prise d'otages dans une banque

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

I'm on this case
Messages : 44
En service depuis le : 06/03/2013
I know you

MessageSujet: Mission Intrigue N°2 : Prise d'otages dans une banque   Sam 25 Oct - 11:02

Mission Intrigue n°2

Prise d'otages dans une banque.




Mercredi, dix heures du matin. La banque a ouvert depuis déjà deux heures. Une berline noire aux vitres teintées se gare sur le trottoir en face du bâtiment. Les trois hommes mettent chacun le même masque de clown afin d'être méconnaissables. Ils s'arment tous de pistolets, de fusils et de sacs de sport. Le quatrième homme est le chauffeur, qui reste à l'intérieur du véhicule. Les masqués se regardent les uns les autres. L'un d'entre eux prend la parole

- Bon, les gars, on arrive, on intimide, on force les coffres, on prend tout ce qu'on peut et on ressort direct. En une demi heure tout doit être fait. Ordre du boss. On évite de tuer. Ce qui intéresse le boss, c'est le contenu des coffres. Compris ?

Le chauffeur fait un oui de la tête. Il a les clefs sur le contact, prêt à démarrer quand ses collègues reviennent. Il branche également son talkie walkie et synchronise sa montre avec les trois hommes masqués. Ces derniers ouvrent chacun leurs portes et sortent armés. Ils montent les escaliers de la banque. Dans la voiture, le chauffeur a son smartphone allumé sur une étrange application et communique avec son collègue avec son talkie walkie.

- Maintenant ?
- Maintenant.

L'homme pianote sur sa machine et bien vite les portes de la banque s'ouvrent automatiquement. Les trois malfrats entrent dans le bâtiment et tiennent en joue la foule qui s'y trouve. Celui qui semble être le meneur parle d'une voix forte, assurée et menaçante.

- Ceci est un hold-up ! Tout le monde se couche, personne ne joue les héros et personne sera une passoire pour midi ! Toi, la blondasse au guichet ! File à mon collègue les combinaisons des coffres ! Tous ! Tout de suite !

Il tire un coup de carabine afin d'appuyer qu'il ne plaisante pas. Alors que les londoniens s'allongent sur le sol, le collègue de l'homme arrive au guichet et menace la jeune femme blonde avec son uzi. Elle lève les mains en l'air et commence à paniquer. On peut lire sur son visage que la peur est en train de la gagner.

lumos maxima
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

I'm on this case
Messages : 21
En service depuis le : 01/10/2014
I know you

MessageSujet: Re: Mission Intrigue N°2 : Prise d'otages dans une banque   Sam 25 Oct - 12:05

Dean n'avait jamais vraiment apprécié Londres. Il n'avait jamais vraiment eu le temps, n'y passant que dans le cadre du travail... Mais là, il allait définitivement haïr cette ville !! Il était juste venu retirer de l'argent. Il aurait pu le faire une fois de retour à Glasgow, mais il avait préféré le faire maintenant afin de ne pas s'embêter... ne pas s'embêter... Haha... Génial... S’il avait su…
La vue des masques en clown lui avait tout de suite fait comprendre ce qui était en train de se passer avant même que l'un d'entre eux ne brandisse son arme. Son sang se figea et il se dépêcha d'obéir aux directives du meneur. Il avait eu son portable dans la main alors qu'ils étaient arrivés et fut tenté d'appeler la police alors qu'on ne le remarquait pas. Mais le coup de feu qui suivit son idée l'en dissuada. Et puis un tel bruit que tout le quartier aurait pu entendre et provenant d’une banque n'aurait pas pu mieux fonctionner !! Le voisinage les appellerait rapidement.

Aussi laissa-t-il tomber son téléphone au sol pour ne pas éveiller les soupçons et mit-il ses mains sur sa tête. Il se força alors à respirer le plus calmement possible et à réfléchir pour ne pas céder à la panique. Dans la majorité des hold-up, le but était d’entrer, amasser le plus d’argent possible et ressortir. Tuer les personnes présentes était la dernière chose à faire si on voulait s’éviter les foudres de la police.
Ils n’avaient donc à priori rien à craindre. Mais s’était sans compter le stress et la peur qui régnait à présent dans la pièce. Quand ils avaient peur de mourir, les gens pouvaient faire des choses parfaitement stupides. Et si quelqu’un se mettait à mal réagir par rapport aux ordres des 3 hommes, ceux-ci qui devaient avoir les nerfs à fleur de peau, risquaient de crier plus que nécessaire. Et la situation risquait alors de dégénérer.

L’idée de voir ces clowns abattre chaque personne dans cette pièce parce que quelqu’un tentait de s’enfuir en courant ne l’aida pas à garder son sang-froid. Aussi préféra-t-il cesser de penser à comment la situation pouvait dégénérer et se concentra-t-il sur l’instant présent. Il était à terre, les mains sur la tête, il ne pouvait rien faire et n’avait aucun moyen pour arranger la situation. Il ne lui restait plus qu’à se taire et à attendre.
Malgré sa position l’empêchant de bien regarder autour de lui, il tenta malgré tout de voir les personnes autour de lui. Il voulait être sûr que personne n’allait aggraver la situation sous l’effet de la peur. Un bref regard sur la femme blonde au guichet lui fit se mordre les lèvres, elle était complètement terrorisée… Il se mit alors à prier intérieurement pour qu’elle ne fasse rien de stupide. Elle avait la tête à faire quelque chose de stupide.

Les pas du meneur s’approchèrent de lui et il colla immédiatement son front sur le sol froid de la banque, le cœur battant irrégulièrement la chamade. Il se surprit à se mettre à supplier tous les dieux qui voulaient bien l’entendre pour que cela se passe vite et que tout s’arrange sans encombre. Il était aussi terrorisé que la femme du guichet !! Jamais encore il n’avait été aussi menacé. En prison, ses côtes étaient menacées, mais là c’était beaucoup plus important. Si les choses dégénéraient, il risquait de perdre la vie.
Et il n’avait pas envie de mourir, loin de là. Il ne pouvait pas mourir comme ça, aussi tôt. Il ne voulait pas mourir alors qu’il n’avait rien pu faire !! Il avait foutu sa vie en l’air à ses 20 ans et n’avait pas encore finit de la reconstruire. S’il mourait aujourd’hui, il n’allait manquer à personne !! Et son travail ne comptait pas. Personne n’allait le pleurer, ni sa famille, ni aucun des amants qu’il avait pu avoir. Alors hors de question de crever maintenant.

"Hors de question de me faire tirer une balle dans la tête et de finir seul !! Alors pitié, donnez-leur l'argent et laissez-les partir qu'on en finisse !!!"

_________________
La vie n'est qu'une succession d'étiquettes et de masques. Reste plus qu'à trouver les personnes avec qui on peu enfin être soi-même...

Crédit - Joy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

I'm on this case
Messages : 34
En service depuis le : 25/06/2014
Localisation : ~ Dans ton coffre-fort ~
Métier : Cambrioleur
Age du perso : 40 ans
I know you

MessageSujet: Re: Mission Intrigue N°2 : Prise d'otages dans une banque   Mer 29 Oct - 15:19

Ce jour-là, Arsène Lupin voulait profiter du jour de congé qu’il s’était accordé ; il avait en tête de partir à la recherche des personnes utiles de l’ombre ; faussaires, hackers, etc. Peut-être même quelques personnes qui pourrait se révéler être  des futurs- hommes de mains de confiance mais tout n’allais pas se dérouler comme prévu.

Il attendait donc patiemment son tour, jetant de temps en temps des coups d’œil dans le vague ; en fait, il essayait de repérer le plus discrètement possible les caméras présentes dans la banque. Il avait entendu dire que certaines personnes hautes-placées avaient des coffres dans ce bâtiment et ce n’était pas sans l’intéressé… mais pas pour le moment. Arsène devait attendre de se trouver des hommes à qui il pourrait presque confier sa vie pour récupérer le contenu des coffres. S’attaquer seul à une banque de cette taille, c’était pratiquement du suicide.

Lupin se demanda alors, si, pendant qu’il était là, il n’en profiterait pas pour faire un virement à Geneviève et Victoire. Non, c’était trop dangereux, Ganimard l’apprendrait d’une façon ou d’une autre et le cambrioleur ne voulait pas l’avoir sur le dos, enfin, pas maintenant. Il se demanda aussi si elles avaient utilisé l’argent qu’il leur avait légué à sa « mort » ; elles lui en voulaient tellement qu’elles avaient sans doute tout brûlé ou elles avaient donné cet argent. Il en avait aussi laissé à l’inspecteur, juste pour l’énerver.  

Son tour arriva enfin mais il eut à peine le temps de dire bonjour au guichetier que les types aux masques de clown firent leur entrée et menacèrent la foule. Arsène s’exécuta, mimant la peur des armes à feu. En réalité, il n’avait pratiquement pas peur ; il ne pouvait s’empêcher de sentir ce resserrement de l’estomac à la menace de la mort, mais il était plus effrayé pour les autres clients que pour lui-même. En fait, il était vexé et même un peu en colère. La banque avait certainement été déjà attaquée et elle sera certainement encore après une visite secrète de Lupin. Mais pas d’attaque avant qu’il passe, car ça signifiait ; sécurité augmentée, qu’il devrait jouer les traumatisés et ne plus s’approcher de la banque pendant un certain moment, que la banque perdrait une partie de sa réputation et que la plupart des propriétaires des coffres les retiraient et iraient les mettre ailleurs, donc qu’il n’aurait plus qu’aller voir ailleurs pour trouver des objets de grandes valeurs.

Un des voleurs s’approcha du comptoir pour menacer une guichetière ; nul ne doute qu’Arsène aurait essayé de la rassurer et de la défendre s’ils n’étaient pas trois hommes armés et qu’il n’était pas là incognito. Il en profita pour  observer du coin de l’œil ses « collègues ». Les masques de clown n’étaient pas très originaux, quoique plus que l’habituel cagoule ou le bas que les cambrioleurs se mettent en général.  Étaient-ils là pour eux-mêmes ou suivaient-ils les ordres de quelqu’un ? Généralement, s’ils travaillaient pour un chef, ils évitaient de s’en prendre aux clients, perte de temps inutile, sauf si on leur avait demandé. Autrefois, ça attristait Lupin quand les gens le comparaient à ces vulgaires bandits ; ils ne menaçaient pas les gens avec une arme en de les dérober de leur bien, lui (sauf pour certaines personnes). Il regarda de nouveau le sol avant que le bandit ou un de ses compatriotes ne s’aperçoivent qu’il était en train de l’observer plutôt fixement. Il valait mieux éviter de s’attirer leur foudre pour le moment.

Le cambrioleur se demanda combien de temps restait-il avant l’arrivée des policiers ; dix minutes ? Quinze ? Moins ? Il ignorait où se trouvait la patrouille ou le poste le plus proche. Si la banque ne possédait pas un bouton d’alarme, nulle doute que quelqu’un du voisinage ou un courageux dans la banque avait averti la police qui devait être en route. Il croisa les doigts intérieurement pour que personne n’ait la mauvaise idée de pousser le bouton de fermeture des rideaux métalliques de la banque dans l’espoir de retenir les voleurs. A part tuer tout le monde, ça ne ferait pas grand-chose.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

I'm on this case
Messages : 154
En service depuis le : 25/05/2014
Localisation : dans les rues de londres.
Métier : sans emploi.
Age du perso : vingt cinq ans.
I know you

MessageSujet: Re: Mission Intrigue N°2 : Prise d'otages dans une banque   Ven 31 Oct - 8:52




« Prise d'otages dans une banque. »








Une journée de plus. Une journée de plus de liberté en dehors de cette cage de l'enfer et de la drogue dont je m'étais débarrassé depuis le jour de ma fuite. Aujourd'hui, toute cette histoire semblait s'être terminée totalement. Je n'avais plus le sentiment d'être constamment suivit ou recherché. Je vivais ma vie comme je l'entendais en ayant fait de merveilleuses rencontres, m'aidant à accepter que le monde n'était pas finalement fait d'innombrables prédateurs, prêt à se jeter sur vous, et à vous transformer en une marionnette si vous n'avez aucun moyen pour vous défendre. J'étais devenu livreur, et j'allais bientôt redevenir quotidiennement danseur, acceptant peu à peu me produire dans une salle devant de parfaits inconnus. Acceptant donc qu'ils n'étaient point là pour me lorgner mais pour admirer mes prouesses qui, je l'espérais, ne s'étaient pas dégradées au cours de ces dernières années à rester tel un zombie dans une chambre... J'avais bien évidemment fait en sorte de m'entraîner un peu lorsque je fus en état de danser, totalement sevré et ayant trouvé un endroit où je pourrais aisément parfaire mon art sans être trop embêté... Il ne suffit seulement qu'aujourd'hui, je me devais de me pousser encore un peu pour faire ce que je désirais tant, sans pour autant accepter l'aide d'un homme totalement inconnu au sourire mielleux, affirmant pouvoir nous offrir tout ce que l'on désirait. Il fallait que je me fasse la raison qu'à présent, je ne pouvais compter que sur moi-même si je voulais quitter ce pays et rejoindre les plus grandes comédies musicales de Broadway... Même si je pense que jamais je n'arriverais à remercier ceux qui m'ont permis de sortir de la misère et me permettre même d'aller à la banque, comme je le faisais aujourd'hui à tirer de l'argent.

Cela me fit presque tout drôle alors que je m'apprêtais à sortir, le nez sur mon portable en train de jouer sur un jeu stupide, jusqu'à ce que je relève la tête de façon hasardeuse et que j’aperçus derrière les portes transparentes coulissantes, un groupe de malfrats portant des masques de clown et armé en plus. Je m'étais net figé avant de faire demi-tour en même tant que mon cœur est fait un bond avant de quitter mon jeu pour commencer à appeler la police... Mais je n'eus pas le temps de décrire la situation qu'ils étaient rentrés, commençant à tirer vers le plafond. J'avais vivement lâché mon cellulaire avant de shooter dedans pour l'envoyer le plus loin possible et éviter tout soupçon envers moi avant d'imiter les autres de me coucher au sol, les mains sur la tête. Plissant les yeux si fortement à m'en détruire les yeux, ne cherchant en rien à chercher qu'est ce qui se passait autour de moi, priant seulement ne pas sentir un canon contre ma tempe...


_________________


+ A terrible mistake was made The weight would break the backs Of ten strong horses tried to save The castle in the fray If you knew that i could take the pain Inflicted at the battle With faithful arrows you Might get back in the saddle But it's a special death you saved For me, the brown-eyed daughter Once you made it hotter The thankless, holy praise Is left alone, why bother ? To cast a stone in water ?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

I'm on this case
Messages : 37
En service depuis le : 06/10/2014
Métier : Ecrivain & auteur de théâtre
Age du perso : 30 ans
I know you

MessageSujet: Re: Mission Intrigue N°2 : Prise d'otages dans une banque   Mar 4 Nov - 16:12

Il n'y a rien d'intéressant à faire à la banque en général, Shadow déteste y aller et préfère laisser son agent se charger de tout. Son agent, il lui sert aussi de comptable, d'ami fidèle et parfois même d'inspiration. Jamais au grand jamais d'amant cela dit...Mais peu importe, aujourd'hui, Shadow est quand même piégé ici, pour des heures peut-être...! Il faut revoir des documents légaux, signer des tas de choses, s'assurer que tout est toujours bien dans le coffre et revoir les placements financiers...Et pour tout ça, la présence de Shadow n'est pas seulement nécessaire : elle est clairement obligatoire. Et depuis une demi-heure qu'il est là, il soupire encore et encore, regardant ses ongles, étudiant le bureau de son banquier, inspectant le plafond ou encore les vêtements des gens qui passent autour d'eux. Il se balance même un moment sur sa chaise avant que son agent ne le fasse revenir sur terre en manquant de le faire tomber.

- On vous a posé une question monsieur Nightingale...soupire-t-il.

Il sait aussi bien que Shadow que la journée va être longue et difficile. Les journées sont toujours ainsi quand on a à faire avec un gamin de quinze ans dans le corps d'un adulte de trente ans...Et à force c'est franchement désespérant d'avoir à surveiller constamment ce garçon, heureusement qu'il ne vit pas avec lui, il aurait surement pété une durite depuis longtemps...Et il n'a de cesse de loué les performances de Terrence pour contrôler un peu ce garnement, si seulement il pouvait être là, les choses se seraient peut-être mieux passées. Ou pas.

Il y a des éclats de voix, un tir d'arme à feu, dans le bureau, les trois hommes se retournent vers l'entrée de la banque pour voir ce qui se passe. Mais au fond, ils ne veulent pas y croire et préfèrent tous les trois aller se cacher derrière le bureau en priant que personne ne les verra, que personne n'ira chercher là et qu'ils s'en sortiront...Et c'est probablement ce que l'ensemble des personnes présentes ici doivent se dire d'ailleurs...Mais Shadow est curieux, un peu trop pour un adulte de son âge, il ne peut s'empêcher de passer la tête au dessus du bureau, juste assez pour voir tout ce qui se passe...Mauvaise idée Shad...

_________________



Il y a ce qu'on écrit dans nos pièces et il y a ce qu'on écrit pour ceux qui comptent.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

I'm on this case
Messages : 43
En service depuis le : 02/08/2014
Métier : Mafieux
Age du perso : 18
I know you

MessageSujet: Re: Mission Intrigue N°2 : Prise d'otages dans une banque   Ven 28 Nov - 12:01


Prise d'otage dans une banque

Mission intrigue




Cambrioler une banque... Timeo ne l'avait jamais fait. Il avait déjà fait du vol à la tire, il s'était même déjà introduit dans une maison pour voler des biens. Mais dans une banque, surtout une grande comme celle-là, ça ne lui était jamais arrivé. Il était même quelque peu excité de participer à une nouvelle expérience de ce genre. Bien sûr, cela constituait plus de risques que de voler le sac d'une vieille dame, mais ça devait être bien plus amusant.
Il n'était pas seul évidemment. Deux autres gars étaient avec lui. Ils ne les connaissaient que depuis quelques jours. Mais si il les aidaient, on lui avait promis de lui fournir des renseignements sur une personne qui intéressait beaucoup la mafia ces temps-ci. Il avait accepté, presque sans hésiter. C'était un moyen comme un autre de monter dans l'estime du Don, et cela ne pouvait être que bénéfique.

Il était donc là, dans la berline noire; enfilant un masque de clown, attendant les ordres du chef de la bande. Il détestait se faire commander, mais là, il ne pouvait pas faire autrement. C'était un gros coup, et piquer une crise comme un gamin n'arrangerait rien à ses affaires. Cela pouvait tout faire foirer. On lui en voudrait, il n'aurait pas ses infos, et pourrait même se faire buter si vraiment les gars étaient énervés. Il se contenta de se taire, écoutant les instructions.

30 minutes. C'était la limite de temps qui leur était accordée. Il hocha la tête. Cela lui convenait. Ils auraient suffisamment de temps. Si les flics ne se pointaient pas avant, bien entendu.

Il s'arma et sortit avec ses collègues. La voix du chef résonna, et, paniqués, les clients se couchèrent au sol. Timeo sourit sous son masque. Il aimait cette sensation de puissance.

Il resta là, surveillant que personne ne bouge, pendant que son collègue s'approchait du guichet pour qu'on lui révèle la combinaison des coffres. Vu sa tête, ça ne devrait pas tarder.

- Si ne voulez pas de problèmes, vous feriez mieux de n'offrir aucune résistance.

Il avait légèrement modifié sa voix en lui donnant des tons plus graves, le masque l'aidant aussi. Histoire qu'on ne le reconnaisse pas s'il y avait des enregistrements. Et vu le nombre de caméras, il devait y en avoir.


_________________
I'm the perfect soldier...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

I'm on this case
Messages : 614
En service depuis le : 03/02/2013
Localisation : Dans les basques d'Aiden - mon pauvre p'tit chou à la crème !
Métier : Enquêteur à Scotland Yard - spécialisé en infiltration.
Age du perso : 27 ans
I know you

MessageSujet: Re: Mission Intrigue N°2 : Prise d'otages dans une banque   Ven 28 Nov - 19:53


Prise d’otages dans

une banque

When the Yard has fun !

-Enfin, Lloyd, vous dites n’importe quoi !!! s’exclama Esther à l’adresse de son coéquipier.

Elle tourna ensuite son attention vers le banquier et le fixa d’un air hautain.

-Nous ne sommes pas obligé d’ouvrir un compte dans cette banque si les employés sont des incapables !
-Madame FitzRoy, j…
-Je ne veux rien savoir, monsieur ! Si vous n’êtes pas capable de faire votre travail, nous n’avons plus rien à faire ici !

Esther se leva, le menton haut, et toisa le pauvre petit homme qui se ratatinait sur son siège avec tout le mépris dont elle pouvait faire preuve. Et dieu sait qu’elle pouvait être coriace à ce niveau-là ! Elle crispa ses doigts sur sa pochette pour garder son sang-froid et ne pas exploser de rire. Ca devait bien faire près de deux heures qu’Aiden et elle faisait tourner en bourrique le malheureux conseillé. Elle ne devait surtout pas exploser de rire. Ca risquait de gâcher toute l’opération…

Le Yard avait reçu un appel anonyme leur signalant qu’un hold up aurait lieu dans l’un des bureaux de la Bank of England ce mercredi matin, mais sans préciser l’heure.
Esther, qui excellait depuis toujours en matière d’infiltration, avait demandé Aiden comme partenaire sur l’affaire. Ils formaient une si bonne équipe tous les deux que personne n’avait eu l’audace de refuser.
Les deux agents s’étaient alors monté une couverture solide qui leur permettrait de passer plusieurs heures dans la banque de telle façon à ce que cela paraisse naturel…. A savoir un couple bourgeois irascible constamment en désaccord et en train de se bouffer le nez…. et également celui des autres. Armes soigneusement dissimulées mais facilement accessibles, à fond dans leurs rôles respectifs, avec un léger accent français pour la jeune femme, les deux compères avaient pénétrés dans le bâtiment bras dessus bras dessous… Pour faire vivre l’enfer aux employés, en attendant le début du casse.

-Lloyd, enfin, qu’attendez-vous pour vous lever ? Vous voyez bien que cet incapable ne peut rien pour…

Un cri interrompit la réplique de l’inspectrice. Elle se tourna vers l’homme qui en était à l’origine et aperçut les individus masqués et armés jusqu’aux dents. Enfin ! Ils étaient là ! Pas effrayée le moins du monde, elle quitta le bureau pour s’avancer vers eux.

-Qu’est-ce-que cela encore ?! Un hold up ?! Mais c’est inadmissible !

Elle se tourna vers Aiden en glissant une main dans sa pochette. Le contact du métal froid de son arme de service la rassura.

-Lloyd, mon chéri, vous m’aviez assuré que cette banque était la plus sûre de tout le Royaume Uni !

Esther adressa un regard noir à son ami mais ne put retenir l’imperceptible sourire qui redressa le coin de ses lèvres. C’était si simple de jouer un couple avec lui… Certainement parce qu’à une époque, Aiden et elle étaient réellement sortis ensemble. Les disputes, par contre, c’était une autre histoire ! Son ex-compagnon avait réussi à faire d’elle ce qu’il voulait, et elle n’avait jamais été capable d’élever la voix contre lui plus de deux minutes d’affilées…. De tigresse, elle était devenue chaton, entre ses mains…

« L’heure n’est pas aux souvenirs mielleux dégoulinants de guimauve Esther ! Y’a des mecs avec des gros calibres qui risquent de te loger une balle entre les deux épaules si tu continues ! Recentre-toi sur l’essentiel. »

_________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

I'm on this case
Messages : 32
En service depuis le : 04/10/2014
Localisation : Somewhere over the rainbow
Métier : Sergent Detective et ancien prof' de littérature.
Age du perso : 32 ans
I know you

MessageSujet: Re: Mission Intrigue N°2 : Prise d'otages dans une banque   Dim 7 Déc - 19:41


Prise d'otages dans une banque
« Kiss Kiss Bang Bang »


Ah Esther. Que dire ? A part bien sûr qu'elle est sublime dans son rôle de bourgeoise un peu coincée. Y'a des jours, je me dis qu'elle aurait du être actrice, je suis sûr qu'elle aurait fait un malheur. Le genre qui soulève les foules. Bon ok, j'exagère un peu, mais tout de même. Ça m'a toujours surpris cette capacité qu'elle a à se faire passer pour quelqu'un d'autre. Et croyez-moi, aujourd'hui j'ai du mal à ne pas éclater de rire face à ce petit numéro qu'elle sort au pauvre banquier.

Voilà deux heures que nous sommes là, à tourner en ridicule le pauvre homme, en jouant le bon couple bien chiant qui n'a qu'un seul but dans la vie : emmerder le monde. Et étrangement, nous sommes assez doués. Peut-être est-ce dû au fait que nous ayons été réellement en couple à une époque ? Sûrement. Même si le ton ne montait quasiment entre nous… Enfin du moins, pas plus de quelques minutes, et généralement, tout ceci se réglait d'une bonne embrassade et de quelques câlins plus ou moins intenses.  Je me retiens de sourire en l'entendant m'interpeller par ce prénom délicieux qu'elle m'a refilé le temps de cette couverture. Je pose une main sur son bras, serrant quelque peu mes doigts dans un geste volontairement apaisant.

"Allons Hortense… Calmez-vous ma chère. Veuillez l'excuser, elle est un peu à cran ces derniers temps."

Qu'il m'est difficile de ne pas éclater de rire. C'est fou comme cette mission d'infiltration m'amuse au final. Oui parce que, pour être parfaitement franc avec vous, au début j'ai un peu tiré la gueule. L'idée d'aller me jeter dans une banque et d'attendre gentiment qu'on se décide à la braquer… Je dois avouer que je trouvais pas l'idée immensément brillante. Pour tout vous dire, je m'était même demandé si Lestrade n'était pas allé pisser au moment de la distribution de bon sens. C'est donc ainsi que je me suis retrouvé avec ma partenaire de toujours, à jouer les couples casse-couilles, attendant simplement de découvrir à quelle sauce nous allions être dévorés. Et le cri qui rompt subitement notre petit numéro indique qu'à mon avis, nous allons avoir droit à un tartare pas des plus agréable à avaler. Hortence, enfin Eshter, ce tourne vers moi, une main se glissant dans pochette. Pour ma part, je viens chercher le contact rassurant de la crosse de mon arme, bien soigneusement rangée dans mon holster d'épaule, savamment caché sous mon trench. Un frisson me parcourt l'échine tandis que comme une mauvaise réminiscence, je sens une vague douleur dans la poitrine. Une petite angoisse qui refuse de me lâcher. Rien d'handicapant, une simple gêne que je fais disparaître en serrant un peu plus ma prise sur mon arme. Calme-toi. C'est rien. Tu fais ton job et ça va bien se passer. Une prise d'otage ? Allez, on est préparés, on sait ce qu'on doit faire. C'est un mauvais moment à passer, rien de plus.

"Ah Darling, il faut croire que les banques ne sont plus ce qu'elles étaient…"

Je lui adresse un rapide clin d'oeil avant de calmer les battements de mon coeur. De toute façon, ça va aller, avec Esther à mes côtés…



mocking jay.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

I'm on this case
Messages : 44
En service depuis le : 06/03/2013
I know you

MessageSujet: Re: Mission Intrigue N°2 : Prise d'otages dans une banque   Lun 8 Déc - 22:05

Mission Intrigue n°2

Prise d'otages dans une banque.




Les otages réagissent à la menace des hommes clowns armés. Ils ont peur et se mettent à plat ventre, docilement. Les hommes dominent chacun un coin de la salle principale. Le clown au guichet frappe de son uzi sur le comptoir, ce qui fait paniquer davantage la pauvre femme qui ouvre son logiciel pour imprimer ce que les malfrats demandent : Les combinaisons et les numéros des coffres des clients de la banque. L'imprimante s'active et donne le papier tant convoité à l'homme au masque grotesque. Ce dernier prend le poignet de la blonde avant de la faire se lever d'un coup sec.

- Lève toi ! Conduis moi aux coffres. Fais aucune connerie et tu pourras rentrer chez toi en un seul morceau ce soir ! J'plaisante pas, j'peux te tirer une rafale entre les nibards si tu coopères pas.
- B...Bien.

Le canon de son arme sur la colonne vertébrale de son otage, il la fait avancer. Pas par pas, les deux personnes disparaissent dans le couloir puis l'escalier... De son côté, l'homme à la carabine voit un téléphone portable à terre qui ne semble appartenir à personne. Il s'en approche et entend des mots qui en sortent. Il raccroche immédiatement, voyant venir le coup fourré. Le boss a été clair. Être précis, prudent et efficace. Il s'empare du portable avant d'enlever la batterie et de les ranger dans sa poche. Il reste calme et annonce d'une voix forte.

- Qui a eu l'idée d'appeler les flics ? Qui ? A qui est ce portable ? Vous ? Ou vous ?

Il tient en joue quelques secondes plusieurs personnes allongées qui font mine de ne pas l'entendre, muettes par la peur. Il regarde son collègue un peu plus loin qui surveille les otages également. Il laisse le silence planer un moment avant de le briser.

- Pas de réponse ? Très bien. On va devoir en descendre un au hasard pour avoir une réponse, alors... Voyons...

Il prend la place qu'il veut. Il regarde. Dix otages à gérer pour deux. Facile... Il voit un couple qui semble garder davantage son calme que les autres. Il s'approche d'eux et est à dix ou quinze pas d'eux.

- Dites donc, vous ? Vous faites quoi debout ? Couchez vous, comme tout le monde ! Tout de suite ! Allez, hop !

Alors que l'homme obéit plus ou moins docilement, la femme semble opposer un peu plus de résistance avec son air de bourgeoise hautaine ayant toujours la main dans sa pochette hors de prix. Il s'approche d'elle et l'attrape par les cheveux pour lui relever la tête.

- Je veux qu'on soit clairs, Mrs Pète-sec. Quand je dis "couché", vous vous couchez. C'est ça où vous avalez du plomb. Compris ? Alors on se couche, maintenant !

C'est alors qu'on entend venir du couloir par où le complice est parti plusieurs coups de feu, ce qui distrait l'homme à la carabine...



lumos maxima
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

I'm on this case
Messages : 34
En service depuis le : 25/06/2014
Localisation : ~ Dans ton coffre-fort ~
Métier : Cambrioleur
Age du perso : 40 ans
I know you

MessageSujet: Re: Mission Intrigue N°2 : Prise d'otages dans une banque   Dim 22 Fév - 23:17

Dieu que ces clowns étaient impolis ; Arsène bouillonnait intérieurement et il dû se retenir de se lever pour aller coller une droite au goujat qui menaçait la pauvre femme. Puis les deux personnes s’éloignèrent ; il hésita à les suivre en rampant mais les deux autres surveillaient trop bien les otages. L’un d’eux s’approcha d’un téléphone qui gisait par terre avant de le ramasser et de menacer tout le monde. Lupin se mordit la lèvre, qui avait pu penser que c’était une bonne idée d’appeler la police et de lancer son téléphone sans raccrocher ? Puis il se rappela que n’importe quel citoyen alpha paniquant pourrait faire ce geste idiot.

Ensuite, le clown s’approcha d’un couple encore debout, mais en les observant de loin, du coin de l’œil, Arsène sut qu’ils n’étaient pas de simple civils ; ils ne paniquaient et ne semblait pas perturbés par la présence de trois hommes armés, ils avaient quelque chose presque d’ironique qui se dégagait d’eux. Probablement des flics en civils, des membres du gouvernement ou des personnes en lien avec une organisation XY. Mais c’est un détail tellement subtil qui les différenciait que le gros malabar à l’égo surdimensionné ne remarqua pas le danger et fonça droit dedans.

La suite se passa en un éclair ; des bruits de coup de feu se firent entendre et le cambrioleur détourna la tête, laissant donc l’occasion aux deux individus d’intervenir. Profitant que l’attention générale soit détournée vers la bagarre entre les quatre personnes, Arsène se releva le plus rapidement possible et ignorant le risque de se prendre un balle dans le dos, il courut en direction du coffre, en prenant au passage la première arme qui lui tombait sous la main, autrement dit une plante verte qui trônait dans le coin.

Il ralentit et se cacha à l’entrée de la salle des coffres ; la blonde de tout à l’heure gisait inanimée sur le sol et le voleur fouillait dans certains coffres ; Lupin s’étonna que les bruits de ses collègues ne l’ait pas fait se retourner mais l’appât du gain devait sans doute être trop fort. Il s’approcha donc sans bruit de son « compatriote » et lui abattit violement le pot sur la nuque. Le clown chancela un instant avant de s’écrouler sur le sol, assommé. Arsène écarta le plus loin qu’il pouvait l’arme à feu et se précipita au chevet de la jeune femme ; elle respirait encore, elle était juste évanouie, sans à cause des tirs probablement de sommation de tout à l’heure.

Lupin se mit à réfléchir rapidement et un petit sourire gagna ses lèvres ; puisqu’il était ici de façon totalement justifiée et que des coffres étaient ouverts, pourquoi est-ce qu’il n’en profiterait pas un peu ? Juste fouiller un peu, c’était trop dangereux de prendre quoi que ce soit car certainement qu’on ferait un tour du contenu des coffres après le braquage pour vérifier que tout serait là et que les cambrioleurs (s’ils sont en état), repartiront sans butins. Il s’approcha donc des coffres ouverts et en examina le contenu, en faisant attention à ne laisser aucune empreinte, tout en jetant des coups d’œil en direction de l’entrée du coffre, de l’employée de banque et du voleur, au cas où l’un d’eux se réveillerait ou que quelqu’un arriverait.

L’un contenait des bijoux ainsi que plusieurs montres de luxe, sans doute venant d’une édition limitée vue l’apparence de ces montres, le deuxième contenait des colliers en perles et le troisième avait un contenu beaucoup plus intéressant ; des dossiers, venant en toute vraisemblance de Scotland Yard. Ces dossiers devaient vraiment en valoir la peine pour qu’il finisse dans une banque. Arsène pris celui au-dessus de pile, traitant apparemment d’une femme nommée Dana Wilderton, et en évitant de froisser les pages, il prit le dossier en photo le plus rapidement possible, avant de le remettre à sa place et de retourner vers l’employée.

Il savait maintenant qu’il n’avait plus temps de fouiller dans les coffres ; de toute façon, les caméras avaient été désactivées donc personne ne pouvait l’accuser de quoique ce soit. Il vérifia que le cambrioleur était toujours endormit, et que son arme était à portée de main, puis Lupin prit un air paniqué et il essaya de ranimer la jeune femme, tandis que des pas se faisaient entendre dans le couloir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


I'm on this case
I know you

MessageSujet: Re: Mission Intrigue N°2 : Prise d'otages dans une banque   

Revenir en haut Aller en bas
 

Mission Intrigue N°2 : Prise d'otages dans une banque

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Mission Intrigue N°2 : Prise d'otages dans une banque
» Mission Intrigue "Le Pacte des Loups" [Livre 1 - Terminé]
» Prise la main dans le sac...[PV Sacha]
» [Mission de rang B] Prise d'otage (PV: Hakushi Ozuka)
» Prise d'otages de Loyada

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: London & co. :: La City-