AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Mission Intrigue N°1 : Alerte à la bombe à Westminster

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

I'm on this case
Messages : 44
En service depuis le : 06/03/2013
I know you

MessageSujet: Mission Intrigue N°1 : Alerte à la bombe à Westminster   Lun 3 Nov - 12:39

Mission Intrigue n°1

Alerte à la bombe à Westminster.




Mercredi, neuf heures du matin. Un début de matinée calme. Une patrouille a ramené une femme rousse, menottes aux poignets. Elle semblait dangereuse. Pourquoi est-elle là ? Seuls elle et les agents le savent... Après avoir enfermé leur prisonnière dans une cellule commune, les deux agents se félicitent en allant boire un café bien mérité. Une routine tout à fait normale, correcte au sein du bureau de la police locale.

Des gens entrent et sortent. Il y a déjà beaucoup de travail pour le standard qui envoie immédiatement une équipe à chaque appel. La paperasse s'entasse et les londoniens ne venant que pour des informations ou une contravention ne sont pas forcément très heureux de devoir attendre leur tour, n'étant pas forcément là pour le plaisir.

Aujourd'hui, visite du MI6. Mycroft Holmes a fait aller un de ses hommes au bureau du lieutenant Lestrade avec sa stagiaire, certainement pour vérifier que cette dernière n'est pas trop surchargée de travail. A moins que ce ne soit pour autre chose ? L'agent du MI6 et le lieutenant se serrent la main cordialement avant de s'enfermer dans le bureau de ce dernier. Ils ont à parler et tout ça semble important.

Alors que l'horloge matinale désigne dix heures du matin, les ordinateurs commencent à bipper. Un brave agent du Yard a commencé à relever l'erreur, pensant qu'il s'agit d'un banal spam ou un problème avec le réseau interne. C'est alors qu'il pâlit.

- Les gars ! Y a une bombe dans le bâtiment !

Alors que l'annonce est passée, tout le monde commence à paniquer. Mais ce n'est que le début. Le système informatique est bloqué. Les caméras de surveillance ne fonctionnent plus et les issues se ferment les unes après les autres. Tout le monde finit par être claquemuré dans les locaux de Scotland Yard... Les deux agents, qui étaient si fiers de ramener leur rousse reviennent après leur café auprès d'elle. Ils sont stupéfaits de voir qu'il ne reste d'elle que sa paire de menottes. La porte de la cellule est ouverte et plus personne n'est à l'intérieur...

- Alerte ! Une évasion !




lumos maxima
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

I'm on this case
Messages : 147
En service depuis le : 09/03/2014
Localisation : Londres
Métier : Consultante Criminelle Feelance
Age du perso : 36 ans
I know you


Relationships:

MessageSujet: Re: Mission Intrigue N°1 : Alerte à la bombe à Westminster   Lun 3 Nov - 18:32


   Alerte a la bombe a Westminster
   
   Ft. Aleera McPherson, some cops, some citizens, some agents...

   
   « I don't see how it's a party »
 


   
Si dans le passé, on aurait pu forcer Aleera à faire telle ou telle chose, c'était aujourd'hui devenue une époque révolue. Rien, ni personne ne pouvait l'obliger à faire quelque chose qu'elle ne désirait pas. C'était la douce délivrance que venait avec l'ancienneté dans ce genre de métier. Si on arrivait à survivre, on devenait forcément plus dangereux. Et inutile de préciser qu'on évitait de mettre en colère ce genre de personne quand elle n'était pas disposer à coopérer. Mais on pouvait toujours l'intéressait assez pour qu'elle décide d'elle même de se mettre en action, une somme d'argent significative, une récompense d'ordre matériels, des informations impossibles à trouver malgré ses nombreux contacts disséminés de par le monde... Tout dépendait de ce qui l'intéressait au moment de la signature de son contrat.

Il y a quelques jours, un contact mystérieux lui avait envoyé un message, un certain -M- et si d'ordinaire la rousse préférait connaître ses clients personnellement avant toutes transactions, la curiosité l'avait poussé à répondre pour essayer d'obtenir plus de détails. Ses petits princes – comme elle se plaisait à appeler ses jeunes employés qui regrouper toutes les informations possibles et inimaginables dans les différents caches de la belle ville de Londres – n'avait pas pu remonter jusqu'à l'individu. Pour l'ancienne militaire, c'était une des preuves suffisante pour prendre au sérieux  la demande de l'inconnu, car si la jeune femme pouvait trouver tout le monde à la surface de la terre qu'importe les mesures de sécurité prises, et qu'elle ne trouvait rien sur ce -M- c'est que cela devait être quelque chose de gros, de dangereux et requérant certaines habilités. Aleera reposa son regard sur son téléphone portable, relisant les derniers lignes qu'on venait de lui envoyer, lui décrivant le job. On pouvait remarquer son visage de porcelaine ne reflétait aucune émotion concernant ce qu'elle venait de lire, mais on pouvait sentir sa réticence au léger plis qui se former au coins de ses yeux émeraudes et de ses lèvres fines. Immobile, elle semblait réfléchir à la proposition pendant quelques secondes qui devinrent vite plusieurs de minutes. Ce n'était pas son genre de travail et elle aurait volontiers passait la main à un autre criminel, cependant la contrepartie qu'elle pourrait en tirer en compensation de ce boulot lui retirer une véritable épine du pied. Et elle était certaine que ce -M- pouvait lui donner ce qu'elle désirait.
Sa décision était prise.

Aleera ne fit aucune remarque quand on l'a fit sortir de la voiture de police, les poignets menottés derrière son dos telle la criminelle qu'elle était. Bien évidemment ces petits policiers de banlieue ne savait pas vraiment son identité réel, et la jeune femme s'était bien entendu laissée embarquer. Qu'il était presque ironique de voir des personnes aussi ordinaires que ses policiers pensaient avoir arrêter une petite voleuse sans envergure, ayant presque l'aspect d'une sans abri dans son jogging troué et son sweat à capuche bien trop grand pour elle. On l'avait finalement un peu brutalement fait entrer dans une cellule. Son regard se posèrent rapidement sur les occupantes déjà présent. Une prostituée, une droguée, deux alcooliques en train d'essayer de décuver tranquillement, et une grande gueule qui tapait contre les barreaux de sa prison en hurlant des insultes aux policiers. Toute la regardèrent quelques instants, semblant essayer de la lire, voulant deviner ce qu'elle était et ce qu'elle avait bien pu accomplir pour se retrouver avec elles avant de ne plus faire attention. Bizarrement ce fût la prostituée qui semblait la fixer avec un air mêlant incertitude et frisson. La rousse avait toujours pensé que ces personnes étaient du genre à savoir au premier regard si elles étaient assez en sécurité pour partir avec un inconnu. Elles savaient jugeait du premier regard. Et celle-ci n'y manqua pas puisqu'elle se leva même précipitamment et se retourner pour ne plus la voir.
La tête maintenant posé contre le mur décrépi, les yeux fermés, et les mains encore menottés derrière son dos, elle prit le temps de se repasser le plan en tête attendant son heure. Et sa montra sonna quelques bips strident avant de s'éteindre. C'était le moment.
Elle se leva tranquillement avant qu'un clic ne résonne dans la cellule silencieuse et qu'elle laisse tomber ses entraves. Aleera entreprit d'enlever son haut et son jogging, la laissant dans une combinaison noir moulante semblable à du cuir. Ses colocataires éphémères lui lancèrent un regard perdu.

Étant donné qu'elle avait été fouillé, elle n'avait pas d'armes sur elle, mais elle n'en n'avait pas besoin pour faire des dégâts. D'ailleurs aucunes n'émirent de protestations à sa petite évasion – soit peu consciente de leur environnement ou juste content que l'une d'entre elles puissent s'échapper pour que le blâme de son évasion retombe sur les policiers qui les avaient enfermer - et elle ne prit que quelques secondes à crocheter la serrure de la cage avant d'en sortir. Ces idiots de policiers n'avaient même pas laisser de gardes pour les surveiller. Elle lança un dernier regard vers la prostituée qui avait su sentir un air de danger, se disant qu'il faudrait qu'elle se renseigne sur cette fille qui pouvait devenir prometteuse avant de prendre la direction de la sortie de la salle. Les yeux sur sa montre, elle semblait chronométré ses pas et attendre parfois plusieurs secondes avant d'ouvrir une porte et de se faufiler. Dans un placard, elle trouva les affaires mis comme prévu par l'un de ses contacts, un simple pantalon noir suivit d'un chemisier blanc la faisant maintenant passé pour une employée lambda. Le petit sac aux côtés des vêtements arriva finalement dans ses mains avant de s'activer pour reconstruire en un temps record l'arme à feu malgré le puzzle qui pouvait sembler interminable. On est jamais trop prudent n'est ce pas ? L'arme maintenant montée et cacher du mieux qu'elle pouvait, elle continua son chemin dans les nombreux couloirs, croisant quelques policiers, les saluant même d'un signe de tête pour si tout était naturel. Il était bien difficile de croire qu'ils étaient aussi peu difficile de s'incruster dans ce qui devrait être l'un des endroits le mieux garder de Londres.

Au détour d'un couloir, sa montra sonna de nouveau signifiant que son second contact était là et en effet, elle vit du coin de l’œil, une personne habillée en policier marchant droit dans sa direction, un sac de sport dans ses mains. L'ancienne militaire ne s'arrêta même pas pour faire l'échange et le sac se trouva maintenant entre ses doigts fins, le contact ne s'attardant pas et ne lui jetant même pas un regard. C'était quand même revitalisant de pouvoir travailler avec des professionnels parce que la rousse avait eu droit à pas de mal de bras cassés qu'elle avait été obliger de prendre avec elle pour ses derniers contrats. Ses jambes la portèrent finalement vers la flopée d'escaliers qui descendait dans les sous sols. Aleera prit finalement la peine de vérifier le matériel qu'on lui avait donné et ne pût s'empêcher d'hausser un sourcil devant le smiley souriant qui était collé sur plusieurs barres de C4.

Quelques minutes plus tard, elle était de nouveau dans le labyrinthe de couloirs de Scotland Yard prête à sortir tranquillement du bâtiment quand l'alarme du bâtiment se mirent à sonner. Elle entendit de loin l'alerte concernant une bombe sur les lieux et s'empêcha de froncer un sourcil. Aleera avait pourtant vérifié les systèmes de sécurité elle même avant sa mission et ils n'auraient pas dû détecter la présence de son cadeau avant qu'elle ne soit loin, bien loin. D'ailleurs même les caméras ne devaient plus fonctionner. La jeune femme espérait que son employeur n'essayait pas de la doubler sur ce coup en la faisant sauter avec la bombe parce que sinon c'est qu'il ne l'a connaissait pas.  Si elle n'arrivait pas à sortir la fin de la minuterie, elle n'hésiterai pas aller l'éteindre elle même quitte à faire capoter la demande de ce -M-.

      - Alerte ! Une évasion !

A l'entente de cette déclaration, Aleera ne fit que baisser un peu la tête en essayant de faire profil bas avant d'entrer doucement dans une des salles – la plus proche d'elle – voulant se faire oublier.
Il était temps de jouer au chat et à la souris tout en essayant de sortir de la forteresse qu'était devenu Scotland Yard. La matinée risquait d'être fort mouvementé.
   

   

     

_________________

 
« Si l’Angleterre n'a pas apprécié mes compétences, j'ai décidé que d'autres en seraient ravis. Je n'ai plus de pays, plus d'agenda politique, je suis là seulement pour donner au plus offrant ce qu'il désire. La prochaine fois, peut être que l'armée britannique y réfléchira à deux fois avant de se créer ses propres ennemis. »
Liens
Rp
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://losecontrolandletitrock.tumblr.com
avatar

I'm on this case
Messages : 1027
En service depuis le : 25/03/2013
Localisation : Londres
Métier : Tout et n'importe quoi / Serveuse
Age du perso : 25 ans
I know you


Relationships:

MessageSujet: Re: Mission Intrigue N°1 : Alerte à la bombe à Westminster   Mer 5 Nov - 12:40

     Dans l'ensemble, il était plutôt difficile de faire faire à Molly les choses qu'elle n'avait absolument pas envie de faire. Se retrouver à faire la queue au Yard en faisait définitivement partie... Décrire sa relation à l'autorité de ce pays comme tumultueuse était naïf au mieux. Pour l'instant, elle s'en sortait pas trop mal à Londres mais elle ne se faisait pas la moindre petite illusion sur son futur si les flics d'ici parvenaient à faire le lien avec une certaine jeune fille faisant partie de la mafia et la serveuse irlandaise à l'air renfrogné qui faisait le pied de grue dans leurs locaux. Il en fallait donc beaucoup pour qu'elle accepte volontairement d'être ici... Malheureusement pour elle, être un grand et beau ténébreux cachant une âme d'ours rigolo avait tendance à dangereusement amoindrir ses critères de décisions. Bob n'avait pas eu besoin de longuement argumenter sa cause pour que la jeune femme accepte, même si ce n'était pas de gaieté de coeur.

     De toute façon, que pouvait-elle faire d'autre? Ils avaient décidé qu'ils iraient boire un coup ensemble dans un nouveau pub qui venait juste d'ouvrir ses portes. Une première fois de bon matin, la prochaine fois en pleine soirée. Elle, pour voir un peu ce qu'offrait la concurrence, lui, probablement pour voir s'il aurait la possibilité de s'y produire, elle ne savait pas trop... C'était une association de bon procédé puisqu'ils seraient bien plus discrets en couple que s'ils y allaient seuls, surtout de bon matin... Enfin... C'était un gros avantage principalement pour elle puisqu'elle pourrait espincher tout son saoul sans pour autant avoir à repousser de quelconques avances. Non pas qu'elle croule sous les admirateurs mais passée une certaine heure, le taux d'alcool dans le sang avait tendance à rendre n'importe quel gnome digne d'un David de Michel Ange... Sauf que, visiblement, le chauffeur de taxi avait quelques menus détails à régler avant de pouvoir sortir proprement. Et lorsqu'il lui avait demandé si cela ne la dérangeait pas qu'ils fassent un rapide détour pour le Yard, elle n'était pas parvenue à lui dire non...

     Finalement, les gnomes saouls aux mains baladeuses étaient peut-être une option plus enviable que ce qu'elle était présentement en train de subir. Son petit déjeuner allait bientôt se transformer en brunch à ce rythme... Elle avait beau essayer d'avoir l'air décontracté, il était plus qu'évident à l'observateur myope qu'elle n'avait aucune envie d'être là. Visage fermé, mains enfoncées dans les poches, regard fuyant, pour ne pas fusiller qui que ce soit, et épaules relevées, Molly avait le langage corporel de l'adolescente forcée à remplir ses corvées. Et elle faisait un gros effort pour ne pas se mettre complètement Bob à dos en étant vraiment désagréable... C'était un peu comme voir un chat au beau milieu d'un chenil. Le seul point positif était qu'elle n'était pas du tout la seule dont l'affection pour le Yard s'étalait au grand jour. D'autres personnes étaient coincées à faire la queue avec un enthousiasme proche du délire... Au moins, si c'était chose commune, le malheureux agent devait avoir l'habitude de ce genre de comportement et ne devait plus l’interpréter comme "suspect". De toute façon, s'ils devaient interroger toute personne ayant l'air coupable, ils n'auraient plus le temps d'arrêter les vrais criminels...


               -C'est long...

     Molly poussa un long soupir, semblant porter toute la misère du monde avant de laisser son regard se perdre dans la mer de bureaux qu'elle parvenait à entrapercevoir. Une vraie fourmilière en plein boum... Pas un agent ne bayait aux corneilles, ce qui était fort méritoire de leur part mais un peu frustrant pour elle. Même si ce n'était que pure mauvaise foi. Il était toujours agréable de pouvoir se répandre sur le dos de quelqu'un, ou une institution, qui le méritait. Là, ce n'était pas vraiment le cas...

               -C'es trop long...

     Même si elle s'était promis d'être sage pour ne pas faire la moindre vague, il y avait tout de même une limite à sa patience. Une limite malheureusement très facilement atteinte, surtout dans ce genre de situation. Elle voulait sortir, aller boire un coup et oublier qu'elle était restée debout à poireauter pendant des heures. Même si ce n'était que des heures métaphoriques... La jeune femme se rapprocha du cabbie par derrière, posant son menton sur son épaule pour chuchoter de façon dramatique...

               -En fait on ne retrouvera que nos squelettes desséchés, les bras tendus vers le bureau d'accueil, une contravention toute froissée entre tes phalanges...

     L'irlandaise n'eut pas vraiment l'occasion de continuer  de se lamenter, ni de s'appuyer lourdement sur Bob car la situation passa de franchement barbante à potentiellement dérangeante. S'il lui était impossible de savoir ce qu'il se passait exactement du coté des agents, la vague d'anxiété qui venait de les frapper n'était absolument pas discrète, notamment grâce à l'alarme. Un petit vent de panique sembla s'abattre sur les occupants du Yard, ce dernier ne manquant pas de toucher les malheureux qui faisaient le pied de grue comme le cabbie et elle. Molly se redressa pour voir, non sans une pointe d'horreur, la porte se trouvant derrière elle se verrouiller d'une façon nettement trop définitive à son goût...

               -Non, non, non, non, non...

     La serveuse fut brusquement bousculée par une personne encore moins encline à rester enfermée ici, peut-être parce qu'elle avait entendu la raison de la soudaine alerte. Son acharnement sur les portes ne porta pas pour autant ses fruits puisque ces dernières restèrent fermées... Si certains, comme elle, eurent la chance de ne pas entendre la première nouvelle alarmante, restant ainsi relativement calmes, la seconde ne passa pas autant inaperçue pour elle et le mot comme quoi quelqu'un venait de s'évader sembla se répandre. Ce qui, aux yeux de la demoiselle, pouvait expliquer la fermeture des portes mais n'arrangeait en rien l'ambiance générale. Pâlissant à vue d'oeil, Molly attrapa la manche de Bob et le tira un peu à l'écart de la foule, n'ayant aucune envie d'être malmenée par elle ou par des flics trop zélés comme elle avait put en connaître durant ses vertes années... Et puis il devait bien y avoir d'autre sorties non? Même une fenêtre ferait l'affaire à ce stade... Ils se retrouvèrent donc contre le mur, vers l'un des accès vers les bureaux des agents...

               -Karma de merde...

     Le public, enfermé, commençait à s'offusquer, paniquer. Certains parlaient d'une évasion, d'autres d'une bombe... L'irlandaise fronça les sourcils, de moins en moins à l'aise dans une situation qu'elle n'avait jamais maîtrisé. Ils n'auraient jamais verrouillé les portes s'il y avait une bombe dans le bâtiment, non? Ce serait complètement illogique... Molly lança un regard inquiet vers Bob, espérant, irrationnellement, que ce dernier en savait plus. Quitte à faire s'il pouvait éclater de rire et lui annoncer que c'était une bonne blague, ce serait parfait...

_________________
On dirait pas comme ça mais... Tes mains, elles sont mieux dans tes poches. Sinon je garde un doigt en souvenir. © belladone.
Molly Malone
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

I'm on this case
Messages : 122
En service depuis le : 10/02/2014
Localisation : Londres
Métier : Agent de la CIA
Age du perso : 31 ans
I know you

MessageSujet: Re: Mission Intrigue N°1 : Alerte à la bombe à Westminster   Mer 5 Nov - 18:11

Mike était venu au Yard les mains dans les poches, la mine renfrognée, ne voulant clairement pas s’acquitter de la tâche qu’on lui avait confiée. Cela faisait une semaine qu’il était de retour à Londres et les reproches et révélations d’Esther sur les conséquences de son départ l’avait rendu maussade. Sa joie de vivre avait fondu et il ne dormait plus que par tranches de 2 ou 3 heures.
Il savait qu’il devait se ressaisir, il ne pouvait pas se permettre de paraître faible alors qu’il était en pleine reconstitution de son réseau. Mais c’était une capacité qu’Esther avait sans le savoir, cette influence sur lui. Elle lui avait fait mal, et à raison. Et même si auparavant son travail l’avait aidé à enterrer ses souvenirs d’elle. A présent, même s’il faisait toujours un travail irréprochable, ce n’était plus suffisant. Et dans chacune de ses missions, son visage le hantait.

Le fait de devoir se rendre sur le lieu de travail de son ex pour une réunion importante avec son patron direct n’améliorait en rien les choses. Au contraire, c’était même là qu’il l’avait rencontré pour la première fois. Qu’est-ce qui avait bien pu traverser l’esprit de Mycroft pour l’y envoyer ?!! Enfin, techniquement, ce n’était pas Mycroft, mais il savait que les ordres venaient de lui.
Était-ce un test ? Voulait-il savoir si l’agent était toujours sûr ? Ce n’était pas la première fois qu’il faisait appel à lui depuis son retour pour des tâches aussi simples et basique qu’une visite de mise au point à Scotland Yard. Mike n’avait encore jamais réussi à cerner le personnage. Il n’avait après tout que très peu approché le personnage pour ne pas éveiller les soupçons sur les véritables objectifs de sa mission.

Mike passa une main dans ses cheveux et entreprit de se redresser légèrement lorsqu’il fut proche du bureau de Lestrade. Il représentait le MI-6, autant essayer de faire bonne impression, même s’il était éteint à l’intérieur. Une seule personne détenait le bouton « on », et pour l’instant elle était encore loin de souhaiter le faire. Il serra la main du lieutenant avec nonchalance et ils s’enfermèrent dans le bureau sans rien ajouter.
Mike regarda d’un air étonné la présence supplémentaire d’une jeune fille que l’homme en face de lui présenta comme étant sa stagiaire. Les alarmes internes de l’agent de réveillèrent à la présence de cette personne inconnue. Les stagiaires étaient le meilleur moyen d’infiltrer une organisation. L’agent s’en méfia aussitôt et prit d’autant plus soin que d’habitude à choisir chaque mot dans la conversation qui suivit.

Au fur et à mesure que les deux hommes discutaient d’anciennes affaires où les deux agences avaient été reliées et de différents faits qu’ils devaient mettre en commun, Mike se détendit. La visite se déroulait normalement et aucunes mauvaises surprises ne semblaient lui avoir été réservées. C’est à ce moment-là que l’ordinateur se mit à biper de manière inquiétante.
L’agent fronça les sourcils, son instinct qui l’avait maintenu en vie jusque-là lui disant que tout ça n’augurait rien de bon. Et les quelques minutes qui suivirent lui donnèrent raison. Un agent frappa brusquement à la porte toujours verrouillée pour leur annoncer à travers la porte qu’il y avait une bombe dans le bâtiment ainsi qu’une évasion. Il ajouta aussi que plus aucun ordinateur et caméra ne fonctionnait et que toutes les issues était scellées.

L’agent de terrain réagit rapidement et se leva en sortant son arme qu’heureusement il n’avait pas été obligé de déposer à l’entrée. Il alla ensuite déverrouiller l’entrée, prêt à pallier à toute éventualité. Mais l’homme derrière la porte était un policier normal et aucunement suspect. Ses informations avaient alors tout d’être vrais, et puis l’ordinateur dans le bureau ne fonctionnait pas, n’est-ce pas ?
Le sang de Mike se figea, coincé et aveugle dans un aussi grand bâtiment avec une bombe lors d’une heure de pointe… La situation avait de quoi être des plus alarmantes. Et puis cette évasion… Était-elle liée ? L’agent rangea son arme. Il ne pouvait pas se permettre de donner des directives, ce n’était pas son agence. Mais rien ne l’empêchait de demander plus de détails.

- Quel est l’identité du prisonnier ? Sa description… Où est la bombe ? Quel type ? Les téléphones sont opérationnels ? demanda-t-il rapidement au policier qui était venu les prévenir.

Avec un peu de chance, il répondrait à un tiers de ses questions. Et dans le pire des cas, il allait le rediriger vers les personnes qui pourraient alors lui répondre. A moins qu’il ne se mette le rembarrer. Après tout, il n’avait visuellement aucun rang hiérarchique… Mais s’il ne lui répondait pas à lui, il répondrait sûrement à Lestrade qui était juste derrière lui.

_________________
Un jour, on a l'impression que l'on a atteint le sommet, que rien ne pourra nous arriver. Et puis tout s'écroule... Et une fois qu'on a touché le fond, sans espoir de remonter. Il ne reste plus qu'une chose : notre job.

Crédit - Joy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


I'm on this case
I know you

MessageSujet: Re: Mission Intrigue N°1 : Alerte à la bombe à Westminster   

Revenir en haut Aller en bas
 

Mission Intrigue N°1 : Alerte à la bombe à Westminster

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Mission Intrigue N°1 : Alerte à la bombe à Westminster
» Mission Intrigue "Le Pacte des Loups" [Livre 1 - Terminé]
» Une alerte à la BOMBE
» - Event V.2 - Alerte à la Bombe !
» ALERTE ! A LA BOMBE ! OU SONT LES 9 TERRORISTES ELECTORAUX ????

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: London & co. :: Westminster :: Scotland Yard-