AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Once bitten, twice shy. [flashback] - pv Aiden

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

I'm on this case
Messages : 614
En service depuis le : 03/02/2013
Localisation : Dans les basques d'Aiden - mon pauvre p'tit chou à la crème !
Métier : Enquêteur à Scotland Yard - spécialisé en infiltration.
Age du perso : 27 ans
I know you

MessageSujet: Once bitten, twice shy. [flashback] - pv Aiden   Sam 22 Nov - 19:26


Once bitten, twice shy.

Aiden Evans – Esther Mercury

-A DROITE !!! hurla Esther en dérapant lorsqu’elle rétablit sa trajectoire.

Elle ne jeta pas un regard à Aiden, trop occupée à suivre l’enfoiré de meurtrier qu’ils pourchassaient depuis près d’une demi-heure dans ce centre commercial. Elle savait que son coéquipier allait la rejoindre d’ici peu, ils convergeaient tous deux vers les escaliers qui menaient droit aux parkings souterrains, sur les talons du suspect –qu’ils pouvaient maintenant qualifier de coupable avec certitude.

Haletante, elle dévalait les marches quatre à quatre. Elle engloutissait les trois ou quatre dernières qui précédaient les paliers d’un bond, pour tenter de gagner du temps et du terrain. Mais ça n’était pas franchement efficace. Un étage, deux étages défilèrent ainsi.

«Mais qu’est-ce qu’il fout ?! Il va rester enfermé le con… Tant mieux pour nous ceci dit. »

Enfin, l’étage le plus bas… Esther entendit la porte claquer, et, sans réfléchir, elle l’ouvrit à la volée dès qu’elle l’atteignit, mais elle fut accueillie par une salve de balles qui l’obligèrent à battre en retraite.

-Fais gaffe, il est armé… souffla-t-elle à l’adresse d’Aiden alors qu’il arrivait à ses côtés.

Et sans attendre plus longtemps ni s’étendre sur ce qu’ils devaient faire, comment, et pourquoi, elle bondit dans l’immense salle. Elle savait pertinemment que son partenaire la couvrirait. Ils travaillaient ensemble depuis suffisamment longtemps pour ne plus avoir besoin de communiquer vocalement en pleine course poursuite.

Elle se réfugia derrière une voiture, mais bien inutilement, puisqu’aucun coup de feu ne fut tiré de la part du malfaiteur. Elle se redressa prudemment et sortit à découvert. Toujours rien. Elle dégaina et, arme au poing, les oreilles encore bourdonnantes de la résonnance des détonations du revolver de son coéquipier, elle entreprit de circuler entre les rangées de voitures. Aucune réaction de la part du coupable. Elle coula un bref regard interrogatif à Aiden, mais il n’avait pas l’air plus avancé qu’elle sur la situation.

« Le connard…. Il doit se planquer pour attendre de nous choper tous les deux au bon moment…. »

Elle se pencha entre deux véhicules et regarda dessous dans l’espoir d’apercevoir des pieds, des mains, quelque chose qui n’appartiendrait pas à son partenaire au travers des rangées. Bredouille, elle se releva, regarda devant elle, à gauche puis à droite. Et c’est là qu’elle aperçut le type, caché derrière une bagnole, qui se redressait lentement. Il ne pouvait pas la voir puisqu’il lui tournait le dos…. Mais Aiden non plus ne risquait pas de s’apercevoir qu’il était si près. Et il était en pleine ligne de mire.

-AIDEN COUCHE TOI !!! hurla la jeune femme en armant son flingue.

Mon dieu, elle perdait bêtement un temps précieux qu’elle n’avait pas ! Comme au ralenti, alors qu’elle ramenait la culasse vers elle d’une main, l’autre crispée sur le canon, elle vit son partenaire se retourner. Et le gars faire feu.

-AIDEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEN !!!!!!!

Avec une acuité nouvelle due à la décharge d’adrénaline qui la secoua, Esther vit son ami s’effondrer et l’homme se tourner vers elle. Elle tira, se jeta à terre et se recroquevilla derrière un pneu, respirant par saccades, terrorisée à l’idée que derrière ces foutues bagnoles, Aiden soit en train d’agoniser. Voire qu’il soit déjà mort.

« Non, non, non, non, non…. »

Elle entendit un bruit de course, suivit d’une portière de voiture qu’on claque et du rugissement d’un moteur qu’on maltraite. Puis des pneus hurlèrent sur le revêtement du parking, et un courant d’air frais la fit frissonner alors que le véhicule concerné passait devant elle. Elle patienta une dizaine de secondes –une éternité à ses yeux- bien malgré elle, incapable de bouger, puis elle se redressa, vacillante, et, sans chercher à reprendre complètement ses esprits, elle courut rejoindre son ami.

Elle se jeta à genoux à ses côtés.

-Oh putain…. Oh merde…. Oh nan…. Aiden ? Presse ma main si tu es conscient.

Elle glissa une main dans la sienne et de l’autre, après avoir lâché son arme, s’empara d’un pan de la veste du Sergent Detective pour compresser sa blessure au torse. Elle s’efforça de calmer les tremblements nerveux qui la parcouraient pour ne pas faire plus de dégâts. Il perdait déjà énormément de sang, bien trop à son goût, et si en voulant le sauver elle empirait les choses, elle n’était pas sûre qu’il reste en vie bien longtemps.

-J’t’interdis d’crever…. gronda-t-elle farouchement d’une voix rauque. J’te jure que si tu fais ça, j’irais te chercher jusqu’en enfer pour botter ton joli p’tit cul !

_________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

I'm on this case
Messages : 32
En service depuis le : 04/10/2014
Localisation : Somewhere over the rainbow
Métier : Sergent Detective et ancien prof' de littérature.
Age du perso : 32 ans
I know you

MessageSujet: Re: Once bitten, twice shy. [flashback] - pv Aiden   Ven 28 Nov - 22:09


Once bitten, twice shy

This is the end, Hold your breath and count to ten


La prochaine fois, je porte autre chose qu'un trench. Parce que là, c'est pas possible. On sent que le mec qui a découpé ce manteau ne l'a pas pensé pour les flics qui se doivent de courir après des meurtriers allergiques aux menottes. Bon heureusement, j'ai eu la bonne idée d'enfiler des chaussures pas trop désagréable pour courir. Je serre les dents, tandis que je passe par la droite, esquivant du mieux que je peux les obstacles face à moi. Putain, une demi-heure qu'on court comme deux lévriers après un lapin. Une demi-heure que l'autre galope, nous faisant visiter le centre commercial. Et le pire c'est qu'il nous laisse même pas le temps de faire du lèche-vitrine.

Je suis Esther de près, ne restant jamais loin de ma coéquipière, suivant son rythme soutenue, le souffle court. Les étages défilent, tandis que nos respirations haletantes se répercutent sur les murs étroits de la cage d'escalier. Une porte claque au loin avant que des coups de feu ne retentissent, je serre les dents, me dépêchant de rejoindre Esther, priant mentalement pour que ce soit elle qui ai décidé de transformer le fuyard en gruyère et non pas l'inverse. Dieu merci je la retrouve en un seul morceau.

"Sans déconner, Sherlock…"

Je lui souris, soufflant doucement tandis que sans un mot de plus, elle part en avant, m'ayant sur ses talons, prêt à la couvrir en cas de problème. Cela fait tellement longtemps que nous travaillons ensemble que depuis, nous n'avons même plus besoin d'échanger le moindre mot. On sait ce qu'on doit faire, tout simplement.

Comme deux fauves, nous évoluons entre les voitures, cherchant, guettant le moindre signe du gars que nous poursuivons depuis presque une heure. Mes doigts sont cramponnés sur la crosse de mon arme, j'essaye de retrouver mon souffle, le coeur encore battant. Je ne comprends pas, pourquoi venir se terrer dans le parking ? C'est le meilleur moyen pour qu'on le coince… Alors soit il est plus con qu'il n'y parait, soit il a dans l'intention de se la jouer Houdini…

L'attente commence à me tuer lentement me laissant dans une angoisse, une tension qui pèse doucement sur mes épaules. Je n'entends presque plus que les battements de mon coeur. Jusqu'à ce qu'Esther se mette à hurler. Je me retourne d'un coup ne comprenant pas, me retrouvant subitement face à l'homme. Une détonation retentit. Puis le silence tombe. Lourd et pesant. Douloureux même. Je n'entends subitement plus rien, même plus mon propre coeur. Un froid s'empare subitement de moi tandis que je bascule en arrière, un voile sombre tombant subitement sur mon regard. Je heurte le sol violemment, tandis que je commence à paniquer, m'étouffant à moitié. Une tâche épaisse et sombre s'entends lentement sur la chemise tandis que je sens mon coeur s'affoler. Merde, merde, merde, merde. Lentement le contrôle de mon corps m'échappe et tout ce que j'arrive à prononcer, ce sont des bruits étouffés d'un homme qui perd son souffle. J'ai peur, terriblement peur. Et Esther est là. Je serre désespérément sa main, des larmes perlant au coin de mes yeux.

"Me… laisse pas…"

Dis-moi que ça va aller. Je t'en prie. Dis-moi que c'est trois fois rien et que je vais m'en sortir par pitié. Un hurlement m'échappe lorsque je sens qu'elle appui fortement sur ma blessure. La douleur me fait tourner la tête avant de finir de m'achever, me faisant basculer dans une inconscience terrifiante. Tout ce qu'il y'a désormais c'est le froid et le noir.

Et dans cette inconscience lourde, tout ce qui me parvient se sont des paroles étouffés, de-ci et de là, un mélange étrange de désinfectant et de sang, une odeur puissante qui vous saisit la gorge. Le genre qui vous file un étrange malaise et qui vous laisse avec l'envie de vous tirer au plus vite de cet endroit. Je ne sais pas combien de temps je reste inconscient, mais lorsque j'ouvre les yeux, je ne vois que le blanc éclatant de la chambre et Esther, endormis dans un fauteuil pas loin de mon lit. Je souris. Ça m'étonne pas. Je suis content que tu sois là ma belle, content que tu ne m'es pas laissé.

(c) sweet.lips
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

I'm on this case
Messages : 614
En service depuis le : 03/02/2013
Localisation : Dans les basques d'Aiden - mon pauvre p'tit chou à la crème !
Métier : Enquêteur à Scotland Yard - spécialisé en infiltration.
Age du perso : 27 ans
I know you

MessageSujet: Re: Once bitten, twice shy. [flashback] - pv Aiden   Sam 29 Nov - 17:35


Once bitten, twice shy.

Aiden Evans – Esther Mercury

-Ssshh, Je suis là…. Je te lache pas… murmura Esther, mais elle comprit qu’Aiden n’avait pas eu le temps de saisir ses paroles.

La main de son coéquipier et amant venait de se faire toute flasque dans la sienne. L’inspectrice s’interdit de paniquer, elle posa deux doigts au creux de la gorge du blessé. Le pouls était complètement irrégulier et commençait à faiblir, mais il battait encore. Elle saisit son portable, et sans cesser de compresser la plaie, appela une ambulance.

Il n’y avait pas beaucoup de réseau dans le parking, mais suffisamment pour que les secours l’entendent et comprennent l’urgence de la situation. Encore une fois, l’attente parut durer une éternité, durant laquelle Esther se contentait de compter les battements du cœur du Sergent Detective, les doigts crispés autour de son poignet. Puis le calme relatif du parking fut remplacé par l’agitation médicale et tout ce qui s’en suivait naturellement, questions posées par les ambulanciers, blabla, explications, bref, de quoi faire encore un peu plus augmenter la tension déjà bien trop lourde à son goût.
Elle ne laissa pas Aiden seul ne serait-ce qu’un dixième de seconde jusqu’à ce qu’il soit emmené au bloc opératoire, unique lieu où elle ne pouvait pas le suivre. Dépitée, en état de choc, elle se laissa tomber sur l’un des sièges de la salle d’attente…. Et attendit. Attendit. Attendit. Attendit… Attendit….
Jusqu’à ce qu’elle remarque les regards curieux de ses compagnons de patience –ou d’impatience, au choix. Elle baissa les yeux sur ses mains et ses vêtements couverts de sang, puis se leva lentement pour partir à la recherche de toilettes.

Elle avait besoin de nettoyer ça… C’était vital…. Et en même temps, elle n’osait pas, comme si l’eau qui diluait le sang d’Aiden estompait également sa vie petit à petit… Jusqu’à ce qu’elle s’évanouisse complètement, disparaisse, comme si elle n’avait jamais existée.
Esther contempla son reflet dans la glace. Elle abattit son poing sur le miroir. Une fois. Deux fois. Puis elle ne s’arrêta plus et se mit même à hurler. Et ce jusqu’à ce que quelqu’un entre dans la pièce. Fulminante, les joues ruisselantes de larmes, elle salua poliment la vieille femme qui la fixait avec des yeux ronds et lui adressa même un sourire, avant de remettre en place les mèches de cheveux qui tombaient devant son front et d’essuyer farouchement son visage.

-Belle journée pour mourir, n’est-ce pas ?

Ouhla, à en juger par la tête de la vieille, elle avait dit quelque chose qu’il ne fallait pas… Son sourire s’élargit et elle cligna même d’un œil pour rassurer Mamie Nova. Puis elle regagna sa place dans la salle d’attente et entreprit enfin de prévenir tous ses collègues, supérieurs, et autres, le tout en leur promettant de fournir rapports et paperasses dès que possible.

Plusieurs heures s’étaient écoulées lorsque quelqu’un vint enfin lui indiquer la chambre d’Aiden. Elle s’y précipita après avoir balbutié un vague remerciement et le trouva encore endormi, enfouit sous une montagne de draps, de pansements, de tuyaux et autres joyeusetés du genre. Un peu intimidée, elle s’approcha lentement de son compagnon et lui prit la main. Le silence qui régnait dans la pièce était angoissant, et, peu rassurée, elle finit par ne plus être capable de rester près de ce lit quasiment mortuaire. Elle partit se pelotonner dans le fauteuil qui lui faisait face pour regarder sa poitrine se lever et s’abaisser lentement, paisiblement.

Elle ne réalisa qu’elle s’était endormie que lorsqu’elle ouvrit doucement les yeux, bien plus tard. Elle étira ses muscles courbaturés avec un gémissement et posa un regard éteint sur Aiden… Avant de se redresser brusquement.

-Tu es réveillé… souffla-t-elle presque fébrilement.

Elle se leva pour se rassoir sur la table de nuit et se mit à lui caresser les cheveux.

-T’as vraiment pas l’air frais…. Tu souffres pas trop ?

_________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

I'm on this case
Messages : 32
En service depuis le : 04/10/2014
Localisation : Somewhere over the rainbow
Métier : Sergent Detective et ancien prof' de littérature.
Age du perso : 32 ans
I know you

MessageSujet: Re: Once bitten, twice shy. [flashback] - pv Aiden   Jeu 1 Jan - 20:30


Once bitten, twice shy

This is the end, Hold your breath and count to ten


Je ne voulais entendre qu'une chose : que ça va aller. Que je vais m'en sortir. Mais avant le voile sombre de l'inconscience ne tombe dessus, je n'entends rien, je ne vois que les larmes au coin de ses yeux, la panique qui gagne mon coeur et la douleur immense et blanche qui se répercute dans tout mon corps. J'essaye désespérément de m'accrocher à son visage, mais bien rapidement tout s'éteint, me laissant simplement dans un froid proche du néant. Et le temps lui même semble se distordre. C'est étrange que de dormir ou d'être inconscient. On ferme les yeux, on arrête de penser, d'angoisser, et quand on les rouvre, tout a continué de tourner sans vous. Alors que pour vous, il n'y a eu qu'un battement de cil. Le temps de fermer les yeux et de les rouvrir. Pas grand chose. Et pourtant les secondes passent, les minutes aussi, la nuit peut-être. Je ne sais pas trop et j'ai bien peur que ce ne soit pas important. Je ferme les yeux je suis dans un parking, en train de mourir et lorsque que je les rouvre, je suis dans un lit d'hôpital, Esther qui caresse doucement mes cheveux. J'esquisse un vague sourire tandis que je viens chercher sa main, simplement pour que nos doigts se trouvent. Je me racle la gorge, essayant d'user de ma voix fatiguée.

"Comme un homme qui vient de se faire tirer dessus…"

Je suis heureux de la revoir, j'aimerais pouvoir venir lui caresser la joue, lui dire tant de chose, mais je me sens encore bien faible. C'est éreintant que de fricoter avec la mort de trop près. Je pousse un soupir. Le bip de la machine à mes côtés me berce tandis que je pose rapidement les yeux sur la perfusion qui goutte bien gentiment dans son coin. C'est calme, presque trop. C'est une trop belle journée pour mourir de toute façon… Et sans moi, elle n'aurait eu personne pour la supporter, personne pour s'occuper d'elle. J'aimerais lui faire part de tout ce que j'ai sur le coeur. Mais je n'y arrive pas… Je fais un effort venant caresser sa joue.

"Tu sais que t'as pas une mine resplendissante ? Je parie que tu n'as pris le temps de profiter d'un vrai lit, hein ?"

Un sourire las se dessine doucement sur mes lèvres tandis que l'air de rien, la fatigue me tombe dessus. Et lentement je sombre à nouveau, tout autant abruti par les médicaments que par la lassitude qui m'envahit. J'aimerais lui dire que je voudrais qu'elle reste avec moi, qu'elle soit là pour moi… Qu'elle ne me quitte pas.

Les jours passent, le monde tourne et continue d'avancer sans moi, qui reste coincé à l'hôpital au point que j'en devins dingue. La balle n'ayant pas manqué de beaucoup de mon coeur, les médecins ne cessent de vouloir décaler ma sortie, de peur qu'au moment même où je passe les portes de l'hôpital je m'effondre raide mort. Et j'ai beau leur dire que si j'avais du mourir cela serait arrivé depuis bien longtemps, ils ne veulent rien entendre. Je pousse un soupir tandis que je me retrouve à nouveau seul dans ma chambre. Je commence à en avoir marre d'être coincé là, à tuer le temps entre deux perfusions tandis qu'il me tarde de quitter cet endroit sordide. Même si Esther vient me voir tout les jours et reste autant que possible avec moi, je ne supporte plus la solitude que j'éprouve en restant ici. J'ai besoin de sortir, besoin de retourner la voir, besoin d'oublier…. ça. C'est à peine si je supporte de regarder la cicatrice qui orne désormais ma poitrine. Un impact de balle qui me soulève le coeur à chaque fois que je pose les yeux dessus. Une trace indélébile qui me rappellera tout les jours que j'ai faillis y passer. Je pousse un autre soupir tandis que j'entends la porte de ma chambre s'ouvrir à nouveau, j'esquisse un sourire las en voyant la belle Esther entrer.

"Salut Chaton… T'as une meilleure mine qu'hier…"

(c) sweet.lips
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

I'm on this case
Messages : 614
En service depuis le : 03/02/2013
Localisation : Dans les basques d'Aiden - mon pauvre p'tit chou à la crème !
Métier : Enquêteur à Scotland Yard - spécialisé en infiltration.
Age du perso : 27 ans
I know you

MessageSujet: Re: Once bitten, twice shy. [flashback] - pv Aiden   Dim 22 Fév - 17:24


Once bitten, twice shy.

Aiden Evans – Esther Mercury

Esther prit doucement la main d’Aiden, avec autant de délicatesse que si elle manipulait un diamant de dix-huit carats. Sa tiédeur la rassura incroyablement. C’était quelque chose de simple, presque bête, mais pourtant… Ca prouve qu’il est bien vivant.

-Désolée, ma question était stupide… murmura-t-elle d’une voix douce et grave.

Elle embrassa tendrement le bout de ses doigts, un à un, et un bref éclat de malice pétilla dans son regard. Le soulagement commençait à remplacer l’inquiétude. Aiden s’était réveillé, il arrivait à parler, il avait l’air tiré d’affaire… Elle sursauta lorsque sa main entra en contact avec sa joue et sentit les larmes lui monter aux yeux. Ce geste si simple lui rappelait tout ce qu’elle avait faillit perdre, en quelques fractions de secondes. Son partenaire, son meilleur ami, son amant.
-Non. Je devais veiller sur quelqu’un… Et ça ne laisse que peu de temps pour dormir. Encore moins dans un lit.

Un pale sourire éclaira le visage de la jeune femme, répondant à celui de son coéquipier. Mais le voir sombrer de nouveau la replongea dans l’angoisse. Elle glissa doucement la main d’Aiden dans le lit et rajusta le drap sur lui pour être sûr qu’il n’ait pas froid. Puis elle se releva, enfila son blouson, s’empara du manteau du jeune homme et retourna se lover sur le fauteuil en se mussant sous son trench. Le nez emplit par son odeur, elle ferma les yeux et se laissa bercer par les bips réguliers de la machine qui rythmaient les battements de cœur du policier.



Elle ne le lâcha pas d’une semelle durant les jours qui suivirent. Dès qu’elle avait un instant de libre, elle allait le passer à l’hôpital, quitte à se cacher dans les placards lorsque les infirmières arrivaient pour la chasser de la chambre. Elle s’efforçait de ne pas trop fatiguer Aiden, histoire de ne pas le tuer involontairement d’un flot de paroles inutiles ou d’une tendresse de trop.



C’est en baillant qu’Esther pénétra dans la chambre ce matin là. Elle adressa un petit sourire à son « malade » avant de venir embrasser brièvement ses lèvres.

-J’ai dormi cette nuit. Et Lestrade a arrêté de me péter les couilles avec ce qu’il s’est passé, enfin. Forcément, je retrouve un peu d’énergie.

Elle posa son sac par terre alors qu’elle s’asseyait au bord du lit et en tira un jean, un caleçon et une chemise qu’elle posa sur Aiden.

-J’t’ai pris quelques affaires pour ta sortie. Je me suis dit que tu apprécierais moyennement que je te ramène chez toi en chemise d’hôpital, le cul à l’air… Quoique ça aurait été très intéressant d’observer la réaction des passants et de tes voisins…

Elle lui lança un regard légèrement goguenard.

-Ah, et je t’ai pris des chaussettes aussi, mais j’ai pas réussi à trouver une paire complète. Ceci dit, tu t’en fous vu que tu es à moitié aveugle… ajouta-t-elle en se retenant de rire.

Elle ajouta une chaussette violette et une vert bouteille à l’extrémité noire à la pile de vêtements.

-Tu t’habilles et on se casse ou tu dois encore attendre l’autorisation définitive du médecin, de la reine ou du pape ?

Elle tira doucement le drap pour le découvrir.

_________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


I'm on this case
I know you

MessageSujet: Re: Once bitten, twice shy. [flashback] - pv Aiden   

Revenir en haut Aller en bas
 

Once bitten, twice shy. [flashback] - pv Aiden

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Tiens tiens tiens... Comme on se retrouve... {Flashback} [Ryuuku Gakuen]
» [RP Flashback] Entre Nymphomanie et Psychopathie...
» /!\ Grosse Quête ! Besoin de personnes [ FlashBack HRP ]
» I lost myself || ft. Aiden
» RP flashback en 1623

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: London & co. :: Autour de la ville :: Boroughs-